Les Collines de Varn

“Mes frères et mes soeurs, soyons fiers et honorables. À la gloire de Werden le Stoïque, élevons nous parmi les vivants et démontrons notre courage inébranlable en ces temps difficiles. Devenons les piliers de l’avenir de notre nation et restons forts devant l’adversité.”

Galandrin de Vernhart, dit la Corne-de-Ronce
Grand représentant et Chef du Clan de Thordrim

— Introduction à Varn —

Au pied des Montagnes d’Argent, dans les étendues d’Ambrebois et à travers les forêts géantes de l’Écu-de-Ronces et du Vindavell, se trouvent les Douaris. Il s’agit d’un peuple présent sur ces terres depuis des temps immémoriaux. Gardiens au pied de la Montagne, ce sont de valeureux et féroces combattants lorsqu’ils sont provoqués. Leur ardeur au travail ainsi que leurs techniques particulières font en sorte que leurs constructions sont les plus durables d’Élode. Leurs champs et leurs domaines de chasse éparpillés le long des plateaux sont le grenier des Montagnes d’Argent. Il s’agit d’un peuple festif et fier, où l’héroïsme et l’esprit de compétition sont omniprésents.

Qu’est-ce que le peuple de Varn?

  • Un peuple de chasseurs et de guerriers, valeureux, indépendants et fiers
  • Un peuple très festif et coloré, fin producteur d’alcool en tout genre, appréciant les bonnes choses de la vie
  • Un peuple compétitif et entêté, qui reste incrédule face aux dogmes des autres cultures, attendant de se faire impressionner par les étrangers.
  • Les Douaris de Varn ne tolèrent pas les Douaris de Stahl qu’on nomme les Malandrins. Trop d’affront se sont fait entre les deux peuples pour qu’ils se côtoient.

Qu’est-ce qu’il n’est pas:

  • Ce n’est pas un peuple de vikings, de barbares ou de nains. Il est vrai que le peuple de Varn tire ses inspirations des peuples celtiques, scandinaves et des nains de LOTR, mais il est important de comprendre qu’ils ne sont pas des copies conformes de ces peuples.  Les gens de Varn ne prient en aucun cas les Dieux scandinaves, ils ne font pas de raids et ne sont pas d’habiles navigateurs.
  • Ils ne détestent pas particulièrement les Alfars, les Orcs ou les Dokkalfars.  S’ils ont développé un différend avec les représentants de ces peuples, c’est pour une raison plus complexe que simplement une haine raciale.

— Histoire —

Le peuple de Varn, également appelé Douaris des Collines, a servi les Kotsbars pendant près de 4000 ans, protégeant ces derniers contre les envahisseurs et les approvisionnant de diverses ressources.  Malgré cela, les événements suivant la Grande Famine ont amené l’indépendance de Varn face aux Seigneurs d’Argent.

La Guerre des Trois Piliers

Il y a près d’un millénaire, le Peuple de Varn, encore vassal des Seigneurs d’Argents à cette époque, a participé à la grande guerre de conquête des Cordillères contre le jeune Royaume de Stahl et les Malandrins. À ce jour, cet évènement fut l’une des seules grandes défaites militaires de cette nation. C’est en partie ce dénouement qui instaura une grande rivalité entre Stahl et le Pays de Varn qui perdure depuis plus de 900 ans.

La Grande Famine et l’Année Sombre

L’Année Sombre n’épargna aucune nation sur le continent, le Peuple de Varn et le royaume des Kotsbars ne firent pas exception. L’absence de lumière pendant cette période à grandement affecté les récoltes et l’élevage du bétail chez les peuplades de Douaris à la surface. Malgré les efforts colossaux que ces derniers fournirent pour tenter de répondre aux demandes excessives de vivres faites par les seigneurs dans les montagnes, les Douaris de la surface ne surent répondre aux besoins combinés de leurs deux peuples. Une famine s’empara alors rapidement de ces nations et le Peuple de Varn, dépendant totalement des richesses des Montagnes d’Argents pour commercer avec les autres nations, se vit rapidement adossé contre un mur. Ainsi, une révolte éclata à l’intérieur des différents clans à la surface. Scandant l’inégalité et l’avarice de leur suzerains cachés dans les souterrains, ils se rebellèrent contre ces derniers et s’entre-déchirèrent dans cet événement que l’on appela la Grande Famine. Après des conflits qui perdurèrent pendant plusieurs mois, les Kotsbars en vinrent à céder aux demandes du Peuple de Varn et partagèrent, à contrecoeur, une partie de leurs ressources avec ces derniers afin de calmer les tensions présentes dans la nation des Douaris.

La fin de l’Année Sombre arriva, marquant ainsi le retour du soleil et des récoltes fructueuses. Les trois clans majeurs formant le Peuple de Varn s’entendirent avec les Kotsbars pour briser leurs voeux de vassalité envers le Roi des Montagnes d’Argent afin de gagner davantage d’autonomie et d’éviter qu’un incident pareil ne se reproduise dans le futur. Ceci demanda beaucoup d’adaptation de la part des deux partis. D’une part, le Peuple de Varn dut développer de nouvelles façons de produire des revenus afin de commercer à travers l’Est du continent et poussa les Kotsbars à développer directement leurs relations commerciales avec Langegard et Cyriande. Cependant, il reste à noter que malgré que le Peuple de Varn et les Kotsbars ne forment plus une seule et unique nation, les 2 peuples restent de très bons partenaires commerciaux et partagent fréquemment les mêmes intérêts.

La Guerre de l’Exil

Dix ans suivant la Chute de Mévose, la conquête du territoire toujours habitable de cette région prit une ampleur importante. Les survivants de cette catastrophe ayant pris les territoires (Langegard et le Vigmark) à l’est de l’ancien empire, le Pays de Varn tenta également de tirer son épingle du jeu en s’alliant avec les forces Vigmars. Durant ces conflits, les intérêts majeurs des Varnois étaient prendre possession des quelques mines de fer et de cuivre présentes sur le territoire occupé par la nouvelle nation, la Marche Exilée. Cependant, le dénouement de cette guerre fit en sorte que le Pays de Varn perdit quelques parcelles de territoire au Sud qu’il délaissa à la Marche.

 

— Vêtements et Apparats —

Le peuple de Varn est reconnu pour ses pelleteries d’une remarquable qualité et le cuir sous toutes ses formes fait partie intégrante de l’accoutrement local. Des gravures géométriques élaborées sont creusées sur les peaux tannées avec soin, selon des méthodes traditionnelles et ancestrales. Ces techniques de traitement et d’ornementation du cuir, provenant du fond des âges, sont enseignées de génération en génération, chaque famille ayant des traits, symboles ou motifs particuliers. Toutefois, bien que des différences soient observables d’un artisan à l’autre, les gravures présentent généralement des traits droits et francs caractéristiques, fidèles à la nature ferme et sans détour des Douaris.

Sous les peaux travaillées, les vêtements foncés dans les spectres de bleu, vert ou encore rouge mettent en valeur les cuirs. Les coupes, amples, nettes et sans fioriture, procurent confort et mobilité à leur détenteur. Des fibres naturelles telles que le lin, le coton ou la laine sont soigneusement sélectionnées pour résister à l’usure et procurer une bonne régulation de la chaleur. Elles sont ensuite teintes pour agrémenter d’une touche de couleur les atours Douaris. Pour les boutons, attaches et bijoux, l’ambre et l’ivoire sont des matériaux de choix puisqu’ils sont à la fois robustes et distingués. Les gens du fier peuple de Varn arborent également, le plus souvent au visage et aux membres, d’amples marques de guerre assorties aux motifs géométriques des armures et aux couleurs des vêtements. Ces symboles peints sur la peau, contrastant avec les pelleteries méticuleusement entretenues, les habits sombres et les accessoires d’ambre ou d’ivoire, forment un tout complexe et impressionnant.

 

— Moeurs et coutumes —

Style de vie

Socialement parlant, les Douaris des Collines se retrouvent divisés en trois grandes peuplades, ou des clans, entourant les Montagnes d’Argent. Chacune de ces peuplades est regroupée en plusieurs villages rustiques de plus ou moins grande importance selon leur emplacement. Leurs maisons, de dimensions importantes, sont bâties sur un seul étage à même la terre, et sont faites en majorité de pierre. On retrouve dans chacune d’elles un grand foyer qui siège au centre de cette dernière pour réchauffer le domicile pendant la saison froide. Elle regroupe généralement toutes les générations appartenant à une même famille de Douaris. Chacun des membres de cette famille vise donc à subvenir au besoin collectif de l’ensemble de sa maison.

Il s’agit d’un peuple manuel et concret. Composé de fins agriculteurs, éleveurs de bétail et chasseurs, celui-ci est reconnu pour être aussi travaillant que festif. Les sciences fondamentales n’étant toutefois pas délaissées, elles sont enseignées par l’entremise des quelques sages et érudits des hameaux, les Liegs, qui transmettent le savoir à leurs nombreux apprentis. Vu la richesse de leur forêt, la médecine par les herbes et l’alchimie sont très répandues dans ce peuple, qui possède également de grandes connaissances en production d’alcool de tout genre : bière, liqueur à base de fruit sauvages, élixirs, et bien d’autres.

Fêtes et traditions

Le Peuple de Varn est reconnu pour être de nature très festive. On y retrouve plusieurs fêtes culturelles à travers l’année pour diverses occasions; le début des moissons, la fin des récoltes, la chasse, la naissance etc. Très souvent, plusieurs de celles-ci ont une connotation religieuse en lien avec les Actes de Werden et contiennent par le fait même des compétitions de toutes sortes en l’honneur des exploits du héro légendaire.

Il est dans les traditions de Varn qu’au passage de l’enfance à l’âge adulte, chaque Varnois est initié par une épreuve de chasse. Pendant celle-ci, le Douaris devra trouver en deux jours et deux nuits son animal totem à l’intérieur de la forêt, sans quoi il lui sera refusé les privilèges des adultes pendant encore un an.

 

Politique interne —

Le Pays de Varn est divisé en trois provinces, le Vaedryn, le Widlegrimm et le Thordrim, occupées respectivement par les clans du même nom. Le peuple est ainsi regroupé dans des villages à l’intérieur de chacune des régions. Ils sont dirigés par un seigneur, le Tiarna, élu par les habitants du hameau à chaque fin de saison des récoltes pendant les années bissextiles. Ces représentants siègent au conseil de leur clan où ils administrent ensemble leurs régions respectives et discutent des différents enjeux de leur clan. Lors de leur réélection à tous les quatre ans, un des Tiarna est élu par ses confrères et consoeurs du conseil pour représenter l’autorité supérieure de son clan à l’extérieur de ses frontières. Celui-ci agissant comme chef, il sert de représentant diplomatique avec les autres chefs de clans ainsi qu’avec les contrées externes à Varn.

— Le Clan du Vaedryn —

C’est à l’ouest du territoire du peuple de Varn, dans la forêt de la région d’Ambrebois, que réside le clan le plus populeux de ces terres. Dirigé par la matriarche Baena Dunnhilde, l’Égide d’Ambrebois, ce clan prospère grâce à sa proximité avec le Vigmark, ses foires marchandes ainsi que par son commerce lucratif d’ambre et de bois qui y sont exploités. Portant l’emblème du Bélier en lien avec les montures qu’ils favorisent, ils sont également d’habiles cavaliers. Ces derniers alimentent une rivalité amicale avec les chevaucheurs de sangliers du Wildegrimm.

— Le Clan du Wildegrimm —

C’est au sud des Monts d’Argent, dans les forêts du Vïndavell que réside le Clan de Wildegrimm, qui  porte le symbole du Sanglier et qui est dirigé par Brynn Löthgrunt, le Géant de Vïnn. Ce sont des guerriers et des chasseurs renommés à travers toute la nation, utilisant d’énormes sangliers comme monture pour la chasse et la guerre. Ces derniers sont de fins commerçants de fourrure et autres produits de la chasse. La fertilité de leurs forêts permet au clan de récolter des quantités impressionnantes de baies sauvages à chaque saison chaude, qui servent à alimenter leur habile production de spiritueux.

— Le Clan du Thordrim —

Ce clan est dirigé par Galandrin de Vernhart, la Corne-de-Ronces. Il se situe à proximité de la Mer du Nord à l’Est, à l’intérieur des forêts de conifères de l’Écu-de-Ronce. Représentés par le Taureau, ses habitants sont de fiers éleveurs de bétail. Leur ardeur au travail dans les champs assure une production de vivres suffisamment abondante. Leurs bûcherons exploitent également ces forêts depuis des siècles. Ils sont reconnus pour leur bière de qualité qu’ils produisent pendant la saison froide suivant les récoltes. Étant le clan le plus festif de Varn, ces derniers organisent à chaque saison des moissons, de grandes festivités auxquelles est convié l’ensemble du peuple de Varn. Pendant ce temps, divers concours de beuverie, d’adresse, de force et de course sont organisés afin de départager quel clan est le meilleur.

Armée et secteur militaire

Le regroupement des forces armées des clans de Varn représente l’une des plus grandes puissances militaires des nations de l’Ordre d’Élode, équivalant même les armées de Stahl. Ce sont d’habiles et féroces guerriers, bien peu arrivent à les égaler en terme de force brute et de vitalité lors des combats. Leurs montures étant toutefois faites pour les courtes distances, il leur est difficile d’employer leur cavalerie lors des campagnes à l’extérieur de leur territoire. Leur infanterie est réputée pour s’adapter facilement à tout type de terrain, et est experte dans les affrontements forestiers.

 

— Politique externe —

Le Peuple de Varn entretient des relations diplomatiques privilégiées avec le Vigmark et les Kotsbars des Montagnes d’Argent. Ils sont de puissants alliés, tant au niveau commercial ainsi que diplomatique. La relation avec les seigneurs des Montagnes d’Argent n’ayant pas toujours été facile depuis l’indépendance de Varn, il semblerait que depuis quelques décennies, les liens tendent à s’améliorer entre les deux nations.

Ces derniers ont toutefois quelques tensions avec les frontières de Langegard. En effet, la divergence dans leur culture et leur religion fait en sorte que ces voisins sont fréquemment en conflit. Ils entretiennent également des relations politiques un peu tendues avec la Marche Exilée, malgré leurs alliances commerciales bien établies.

Une rivalité malsaine existe également depuis plusieurs siècles entre le Peuple de Varn et les Malandrins du Royaume de Stahl. La différence de perception des Malandrins vis-à-vis le Stoïcisme de Werden et le dénouement de la Guerre des Trois Piliers n’ont fait qu’envenimer les relations entre ceux-ci. De ce fait, Varn n’entretient pas vraiment de bons rapports politiques ni commerciaux avec le Royaume de Stahl. Il arrive même qu’il y ait des épisodes de tensions entre le Vigmark et Varn entourant les liens entre les Vigmars et les Stahliens.

 

— Commerce et artisanat —

— Relations commerciales —

De par sa proximité avec le Vigmark et la Marche Exilée, le Pays de Varn possède un réseau commercial bien développé avec ces derniers. En effet, une alliance commerciale durable existe entre ces nations depuis près de 50 ans. Les marchands de Varn se déplacent l’été vers les foires marchandes de l’ouest de la Marche afin d’y vendre leurs produits.

— Spécialités et exportations —

Les produits de la chasse, les bières et différents alcools sont les spécialités des provinces de Varn. Bien peu de producteurs des régions extérieures ne peuvent se vanter de produire un alcool d’aussi grande qualité que celle de Thordrim, ni rivaliser avec les liqueurs et le cidre du Wildegrimm. Les marchands de Varn sont aussi de fins commerçants d’ambre, de noir de jais et d’ivoire, qui sont fréquemment achetés par le Vigmark et les nobles de la Marche pour en faire des ornements et des bijoux divers.

— Importation —

Varn fait importer du fer et différents métaux des Montagnes d’Argent à chaque année en échange d’une certaine quantité de leur récolte. Afin de nourrir leurs bétails et troupeaux, les provinces de Varn font également importer de l’avoine du Vigmark à chaque saison chaude. En effet, il s’agit d’une céréale difficile à exploiter sur leur sol et qui est essentielle pour la croissance et la santé de leurs bêtes.

 
— Situation géographique —

— Les Forêts de Vindavell —

Séparant Langegard des Montagnes d’Argent, les Forêts du Vindavell renferment certaines des espèces d’arbres les plus imposantes du nord du continent. Résidence du Clan du Wildegrimm, on y retrouve également plusieurs espèces animales très particulières, notamment les fameux Grands Sangliers de Vinn. Les fruits sauvages de cette région sont réputés pour faire d’excellents vins et autres spiritueux.

— Les Collines de Vernhart —

Située au Nord des Montagnes d’Argent, la région des Collines de Vernhart a valu au Peuple de Varn le surnom de Douaris des Collines. Malgré le fait qu’elle soit peu accessible en raison de la Brume qui l’entoure, il s’agit d’un lieu de pèlerinage pour le Peuple de Varn. Selon les récits, cet endroit fut le lieu de naissance du légendaire Werden, le premier Roi d’Argent. De modestes mines d’or et d’argent y sont exploitées encore à ce jour par les clans Thordrim et Vaedryn.

— L’Ambrebois —

Devant son nom à la richesse de son sol en ambre, cette région, située à l’ouest du Pays, communique via les Plaines de Fasilmir avec le Vigmark. Elle est le lieu de résidence du Clan de Vaedryn, qui  regroupe des étendues fertiles en extension avec les Plaines Fasilmir, et des forêts composées majoritairement de bouleaux et de peupliers.

— L’Écu-de-Ronces —

Immense forêt d’épineux et de conifères à l’est du Pays, cette dernière abrite la majorité du Clan du Thordrim. C’est à cet endroit qu’on y retrouve la Rivière de Roses, un chemin parsemé d’épines et de ronces, un lieu sacré pour le Peuple de Varn et leur foi. L’extrémité de ces boisés sont en partie inaccessibles par les Vents de Brume frontaliers qui y soufflent.

 

— Mysticisme —

À venir

 

— Religion —

Mis à part quelques factions isolées, le Peuple de Varn suit presque exclusivement les enseignements du Stoïcisme de Werden. Ils ne possèdent cependant pas de grandes institutions religieuses comme le Clergé du Rempart-Gris des Montagnes d’Argent. Les enseignements sacrés de Werden se font plutôt par l’entremise des Elwyds, les guides spirituels et grands orateurs du peuple de Varn. Le titre d’Elwyd est remis à un individu ayant démontré sa ferveur et son courage à travers les enseignements de Werden. Il doit avoir accompli au minimum trois des actes de foi du recueil de cette religion, les Actes de Werden. Des exemples notoires de ce type d’action à l’intérieur de Varn sont: le pèlerinage à travers les Montagnes d’Argent, la méditation prolongée à l’intérieur des forêts sacrées et la purification à l’intérieur de la Rivière de Roses.

Dans chacun des villages des provinces de Varn on peut compter au moins un de ces représentants religieux. Il est du devoir des Elwyds de s’assurer de la foi des Varnerois et d’organiser fréquemment des oratoires publics en l’honneur de l’héroïsme de Werden afin de renforcer son culte.

 

— Justice et Criminalité —

Les clans de Varn ont tous une manière très similaire de procéder vis-à-vis les criminels. Si un membre d’un village ou bien d’un regroupement est condamné pour avoir commis un crime grave (meurtre, viol, trahison, etc.) et que celui-ci est jugé coupable, il sera banni sans condition. Les jugements se font généralement par le Tiarna et deux ou trois individus jugés impartiaux dans l’histoire, qui rendent leur verdict suite à une audience privée. Les crimes moins graves seront souvent punis par une réparation morale équivalente à l’ampleur du crime.

%d blogueurs aiment cette page :