Les Cités de Cyriande

— Introduction aux Cités Libres de Cyriande —

Nation de libres penseurs, d’académiciens et de militaires chevronnés, Cyriande est l’une des plus riches d’Élode, là où Alfars et Humains vivent en collaboration constante. Ses cités ont su se démarquer des autres par leur vision d’une collaboration avec l’humanité, .de l’expression de la culture, par leur amour courtois et bien sûr, par leurs compétences navales.

Qu’est-ce qu’elles sont

  • Des cités florissantes possédant une somme considérable d’écrits datant de plusieurs siècles.
  • Des cités où l’unité et la camaraderie caractérisent les relations entre Alfars et Humains, et où l’ordre et la consignation de la connaissance dictent les voies de la politique.
  • Un état libertin, littéraire et philosophique, où la vérité se remet en question constamment.
  • Une nation qui lègue son héritage par ses valeurs transmises aux générations suivantes

Qu’est-ce qu’elles ne sont pas

  • Des citées d’elfes élitistes isolés du reste du continent et fermées aux autres courants de pensée. Les Cités de Cyriande ont, au contraire, une vision très humaniste et ouverte face aux autres croyances et moeurs.
  • Un peuple en déclin, où les derniers survivants tentent à tout prix de conserver les connaissances qu’ils possèdent face aux races plus jeunes.

 

— Histoire —

La Conquête

L’époque de la Conquête est une période lointaine marquant la prise du territoire par les forces de l’empire d’Hériondël. Les Songes de Lumière racontent que deux villes de part et d’autre du détroit de Moar appartenaient aux Dokkalfars à cette époque. Les troupes impériales se seraient abattues sans merci sur leurs défenses, les réduisant à néant. Les années qui suivirent furent marquées par la répression des civils et dignitaires des anciennes cités dokkalfars, les poussant à s’exiler à l’extérieur du territoire. Les landes conquises suite à cette guerre furent données aux Cinq Familles à la tête de l’armée impériale; les Cyriels, les Lombardes, les Valente, les Ivaldis et les Brymielles.

Fondation des Cinq Cités

Après la Conquête d’Hériondël, les deux villes prises aux mains des Dokkalfars furent renommées et façonnées à la culture de l’empire. Durant les décennies suivantes, la colonie d’Hériondël s’étendit davantage à l’intérieur du continent d’Élode et trois autres villes alfars virent le jour. La régence de chacune de celles-ci fut remise à l’une des familles nobles ayant mené la guerre. C’est durant cette période que les dirigeants des nouvelles villes débutèrent leur dissociation de l’Empire d’Hériondël.

La Guerre de l’Aube et le Traité de Cyriande

Plusieurs conflits entre les colonies d’Élode et Hériondël éclatèrent durant les siècles qui suivirent. Peu à peu, les familles régentes du nouveau pays, menées par les Nobles de Cyriel, réclamèrent leur pleine autonomie face à l’empire. Celui-ci perdit peu à peu son influence sur ses cousins de l’ouest et céda le territoire en -984, signant le Traité de Cyriande suite à la Guerre de l’Aube. Le titre de Cyr, régent des cinq cités, fut ainsi instauré à l’intérieur du pays de Cyriande. Au départ uniquement attribuable à un noble de la famille Cyriel, ce titre devînt accessible aux quatre autres familles 200 ans plus tard, dans le souci de maintenir une meilleure cohésion politique.

L’Année Sombre

Le passage de l’Année Sombre porta préjudice aux fondations côtières de Cyriande. Les vents du Mysthral s’intensifièrent et envenimèrent la navigation et le commerce fluvial. La ville de Coranthe fut en partie détruite lors de cette calamité. Sans les efforts acharnés de la famille Lombarde et de son patriarche Alvise, nul ne sait ce qui serait advenu de la cité.

 

— Vêtements et Apparats —

Les habitants des Cités Libres de Cyriande se plaisent à porter des atours flamboyants, typiques de leur mode de vie coloré. Lors de la confection des vêtements, de riches tissus sont soigneusement sélectionnés; soie, brocart, cachemire, satin, taffeta et velours sont des étoffes de choix pour les apparats des nobles cyrians, tant pour le large éventail de teintes que pour la diversité des textures. Chaque patron est conçu pour avantager son propriétaire, tout en lui offrant un confort sans égal. Les Alfars présentent toujours une image agréable et conviviale, chaque pièce de vêtement étant assortie et agencée l’une avec l’autre. Les tissus sont ornementés d’exquises broderies mettant en valeur leurs nuances et la carnation délicate des cyrians. Les bordures sont tissées de fils éclatants, souvent dorés ou argentés. Chaque bijou, délicat amalgame de fines pierreries et de métaux recherchés, est étudié pour s’harmoniser avec les ornementations raffinées des vêtements. Les Humains de Cyriande portent également des vêtements colorés aux textures recherchées, agrémentés de superbes bijoux.

 

— Moeurs et coutumes —

L’éducation

Que ce soit par l’entremise d’écoles ou de l’apprentissage par la pratique, l’éducation est mise à l’avant-plan en Cyriande. Les arts et lettres ainsi que plusieurs courants de pensées philosophiques découlant des Voies de Forsvar y sont enseignés. Les notions de mathématiques, de physique et de navigation sont également au centre de l’éducation académique. Rares sont les Cyrians n’ayant pas accès à une éducation de base, et la plupart seront vivement encouragés à parfaire leur savoir à travers le voyage et la pratique.

Le Libertinage, les Mariages et l’héritage
Les Cyrians sont considérés pour la plupart comme étant de libres penseurs. Ils sont généralement très ouverts face aux autres cultures, et n’hésitent pas à réprimander les états d’Élode faisant preuve de fermeture et d’élitisme face aux autres nations. Le libertinage et les mariages multiples entre individus de Cyriande sont fréquents. Le libre amour est également accepté et courant. Pour les Alfars Cyrians, la procréation et la descendance sont d’une importance capitale, en accord avec le courant de pensée des Voies de Forsvars. Ainsi, la polygamie est souhaitable, puisque c’est une façon d’assurer un héritage riche et diversifié à la société de Cyriande.

Fêtes, traditions et arts

Cyriande se démarque par la qualité et la splendeur de ses représentations artistiques de toutes sortes. En plus des nombreux comédiens et artistes ambulants voyageant avec leurs caravanes d’une cité à l’autre, plusieurs amphithéâtres sont construits et entretenus dans toutes les Cités. Chacun trouve son compte parmi les différentes représentations de théâtre, d’opéra, de concert musical, de danse et de bien d’autres disciplines encore.

Les duels

Les duels sont une façon couramment utilisée à Cyriande pour régler les litiges entre individus et familles. Ils sont mis de l’avant afin de prévenir les conflits armés entre aristocrates du royaume. Certaines des classes sociales moins nanties usent toutefois les duels à outrances pour régler des désaccords et des querelles banales; les autorités encadrent donc strictement de tels combats afin d’en limiter l’abus et de prévenir les morts inutiles. Ceux qui outrepassent ces réglementations sont sévèrement punis par les autorités en place.

 

Vision de la Brume

À venir

 

Politique interne —

 

Les Cinq Cités-États de Cyriande, les cinq familles nobles et le Cyr

Depuis la signature du Traité de Cyriande et l’indépendance face à l’empire d’Hériondël, les cinq Cités de Cyriande se trouvent sous la régence du Cyr et des cinq grandes familles alfars ayant fondé l’état. Le titre de Cyr, équivalent à celui d’un prince ou d’un roi, est remis à un des hauts dignitaires de l’une des cinq familles. Une alternance du pouvoir a lieu tout les 50 ans, chacune des familles étant représenté également et à tour de rôle. Le pouvoir du Cyr est absolu à l’intérieur de l’État, toutefois, celui-ci est entouré d’un conseil formé des représentants de chacune des familles fondatrices. Ce conseil offre son support et ses recommandations dans la gestion militaire, commerciale et académique de Cyriande. Chacun des membres du conseil se retrouve donc à la tête de sa cité de provenance, afin d’en dépeindre un portrait satisfaisant au moment opportun.

— Floriane–

La beauté de Floriane n’a d’égal que ses impressionnants monastères dédiés aux Voies de Forvar. Les ecclésiastiques de Brymielle en assurent la direction et l’entretien depuis leur construction. Ainsi, tout pèlerin est bienvenu dans les havres de méditation de la cité, quelle que soit son affiliation religieuse. Floriane est également connue pour son immense bibliothèque, l’Archive de l’État de Cyriande, qui recueille certains des plus anciens manuscrits, certains datant même de la conquête.

— Ravène —

Ravène étant la cité la plus près du Pays de Varn et des Montagnes d’Argent, elle s’est développée au fil des siècles comme métropole commerciale de Cyriande. Administrée par la Maison d’Ivaldi et la Guilde des Argentiers, elle a su se démarquer par ses relations privilégiées avec Varnois et Kotsbars. Bien que le commerce soit le centre des activités de la cité, les théâtres et opéras de toutes sortes font fureur auprès des citadins.

— Coranthe —

Unique cité de Cyriande située sur le continent d’Alsharaz, Coranthe est séparée des Crocs d’Hevn par le Corridor du Misthral, un épais vent de brume qui traverse la frontière. Il s’agit probablement de la cité de Cyriande la plus militarisée, compte tenu de sa proximité avec l’une des nations étrangères les plus agressives et imprévisibles du territoire. La famille Lombarde s’emploie à son administration depuis la prise des terres aux mains des Dokkalfars. Bien qu’elle soit constamment sur le pied de guerre, Coranthe est également reconnue pour ses avancées et ses connaissances navales.

— Viscogne–

De l’autre côté du Détroit de Moar, Viscogne, la Cité d’Azure, est le centre académique et naval de Cyriande. La ville et ses alentours sont gérés par la famille Valente, fortement impliquée dans plusieurs percées scientifiques et navales de l’état. Malgré le fait qu’elles soient séparées par le détroit de Coranthe, les 2 cités ont su développer des liens étroits depuis plusieurs siècles comme partenaires commerciaux.

— Berluse —

Autrefois l’une des cités appartenant aux Dokkalfars, Berluse fut façonnée au fil des siècles par la culture des Alfars cyrians. Maintenant dirigée par les Cyriels, famille qui fut à la tête de la conquête du territoire, celle-ci est la capitale de l’État de Cyriande. Il est pratiquement indispensable d’y arrêter afin de pénétrer plus profondément dans la contrée. Il s’agit du centre diplomatique des Cités Libres.

 

Armée et secteur militaire

 

— Le service militaire auprès des familles de l’État —

À l’intérieur de Cyriande, un service militaire de 20 ans est obligatoire pour le premier naissant de chaque mariage. Cette mesure a été mise en place il y a 500 ans pour assurer une certaine constance dans les effectifs militaires de l’État. Les deux académies militaires reconnues de Cyriande se retrouvent à Coranthe et à Berluse et sont administrées respectivement par les Lombardes et les Cyriels.

 

— La Garde de Casimir —

Il s’agit de la Garde personnelle du Cyr à l’intérieur de la cité de Berluse. Cette troupe, formée de quelques uns des meilleurs combattants de Cyriande, assure également le maintien de l’ordre et de la loi à l’intérieur de la capitale de l’État.

 

— Politique externe —

Par leur vision plus ouverte sur le monde et leur philosophie sur la liberté, les Cyrians ont su se démarquer comme étant d’excellents alliés dans le passé, vis-à-vis le Peuple de Varn et la Marche d’Exilée, surtout dans les conflits entourant la Guerre de l’Exil. De ce fait, les Cités de Cyriande sont encore à ce jour considérées en bonnes relations avec ces deux nations. En raison de leur passé conflictuel, les relations diplomatiques entre Cyriande et Drasilhelm sont considérées comme excessivement tendues même à ce jour. Pour des raisons similaires et pour des mentalités très divergentes, les relations entre Langegard et Cyriande sont également difficiles.

— Commerce et artisanat —

Relations commerciales

Cyriande est reconnue pour ses caravanes fluviales et ses réseaux de transport marin. La région entretient des relations privilégiées avec les Kotsbars des Montagnes d’Argent. Les échanges de produits finis divers contre différents métaux sont privilégiés entre les deux nations.  Malgré leur discordance de culture, plusieurs foires et enchères d’œuvres d’art ont lieu entre Langegard et Cyriande. La bourgeoisie de chacun des milieux est généralement prête à payer très cher pour certaines des créations des plus grands peintres et sculpteurs.

Spécialités locales et exportations

Cyriande est reconnue principalement pour son industrie d’imprimerie et de parchemins, dont elle détient pratiquement le monopole à l’intérieur d’Élode. Elle offre également certains des meilleurs services de transport et de caravelles de tout le continent, en plus d’avoir plusieurs guildes de mercenaires les mieux organisées de l’est.

Importation

Les métaux divers sont les principales importations des Cyrians en provenance des Montagnes d’Argent et des Collines de Varn . L’ambre de Varn est particulièrement appréciée de la gente féminine des Cités Libres.

 

 

— Situation géographique —

Les Rivières du Tiecelin

Réseaux de rivières dispersées un peu partout à travers Cyriande. Selon leurs dimensions, elles sont utilisées comme de petites routes de navigation communiquant entre chacunes des cités de l’ouest.

Le Fleuve d’Anthe

Les rivières du Tiecelin se rejoignent toutes pour former le Fleuve d’Anthe qui se déverse à l’intérieur du Détroit de Moar. Des avant-postes côtiers sont situés près de ce courant d’eau afin d’offrir une position défensive de choix contre les envahisseurs. Le commerce de la pêche y est prédominant et pratiquement la totalité des caravanes maritimes doivent passer par l’Anthe pour se rendre aux cités de Cyriande à l’intérieur du continent.

Le Corridor du Misthral

Il s’agit d’un épais Vent de Brume qui passe par l’intérieur du continent d’Alsharaz. Il sépare la cité de Coranthe des Crocs d’Hevn. Sa densité variant avec les saisons, le reste du continent d’Alsharaz devient alors accessible pour les Coranthins pendant une partie de l’hiver à chaque année. Cet élément implique également que pendant l’hiver, les assauts d’Hevn se font plus fréquents sur les frontières de Coranthe.

La Vallée d’Éliore

Plaine sacrée où fut jadis signé le Traité de Cyriande. Situé à quelques lieux de Florianne, cette vallée est à la foi synonyme de beauté et de liberté pour le peuple de Cyriande. Certaines messes et fêtes de grande envergure ont lieu à chaque année à l’intérieur de ce lieu mythique.

 

— Mysticisme —

À venir

 

— Religion —

Leur société libertine fait en sorte que les instances politiques des Cités de Cyriande démontrent une grande ouverture face aux différents courants de pensées religieux que pratiquent leurs citoyens. La religion principale reste toutefois celle des Voies de Forsvar, qui teint la culture des Cyrians depuis leur origine.

Les Voies de Forsvar

Chaque être possède sa propre destinée à tracer dans les étoiles. Il est du devoir de chacun de faire sa propre place dans le monde matériel. Voilà un exemple d’enseignement véhiculé depuis des millénaires par les prêtres alfars de Forsvar. Les valeurs de liberté, d’acceptation et de sacrifice sont encore au centre de la culture de Cyriande et définissent en partie leur interaction avec les autres contrées d’Élode.

L’Église Bradorienne

Bien qu’ils soient peu nombreux à pratiquer cette religion au sein de la société, les hommes sont libres de pratiquer le culte de leur choix, tant qu’ils respectent les lois de Cyriande. Considérant leur minorité, les priants de Brador sont moins affichés dans cette société qu’il ne le seraient à Langegard ou à l’Est de la Marche.

Le Cycle des Quatre

Introduit par les ancêtres humains s’étant installés dans les Cités de Cyriande, le Cycle des Quatre est resté l’une des croyances les plus populaires après les Voies de Forsvar. Présentant certains préceptes similaires au culte de Forsvar, ce dernier courant de pensée s’est très bien introduit dans cette culture au fil des siècles. Quelques petites confréries religieuses et temples sont dédiés aux enseignements du Cycle des Quatre à travers les cinq Cités de Cyriande.

 

— Justice et Criminalité —

Système de Justice et criminalité

La peine de mort est rarement administrée à l’intérieur de l’état de Cyriande. En effet, les autorités préféreront déconditionner les criminels ayant commis des crimes mineurs plutôt que de les envoyer en prison. Travaux forcés, corvées militaires et autres seront ainsi fréquemment utilisées comme sanctions pour les voleurs et autres criminels mineurs. Les meurtriers, violeurs et criminels d’état seront envoyés à l’intérieur de prisons spécialisées pour la plupart situées à la frontière de Coranthe, les sanctions d’emprisonnement étant la plupart du temps à vie.

Les tribunaux de Cyriande

Appréciant la bureaucratie détaillée et organisée, les Cyrians ont instauré au fil des siècles un système judiciaire complexe. À l’intérieur de celui-ci, il n’est pas rare que les audiences rendant jugement sur un potentiel criminel s’étendent sur plusieurs jours voir des semaines. Pour certains, ces méthodes de procéder peuvent sembler longues et superflues, mais pour la majorité des Cyrians, il s’agit d’une nécessité. La justice et l’équité étant des valeurs centrales de cette société, les tribunaux cyrians tentent justement de refléter celles-ci à travers toutes les facettes de la justice.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :