L’Église Bradorienne

Brador

Valeurs prônées: Justice, Communauté, Unité, Pardon

Prié par : Humain

Clergé représenté par: Humain

Précepte: Honneur, Vérité, Discipline

Devise: Le Juste nous guidera vers la Lumière

Symbole les plus courant: Une croix argenté avec un auréole

–Introduction–

Les origines de Brador et de ses suivants remontent à près de six siècles avant la Chute. Durant l’âge d’or de Brador le Juste, d’un bout à l’autre du continent d’Élode, ses prêcheurs sillonnaient les landes afin de rassembler la lumière des Hommes. De ce pèlerinage découla l’Empire de Mévose, unifiant les les Hommes pour la première fois de l’histoire d’Élode. Le paroxisme de l’empire et de son église eut lieu à une centaine d’année précédant la chute de Mévose, l’Église Bradorienne était considérée comme le clergé le plus puissant des religions d’Élode. Mévose, Langegard et même certaines régions de Cyriande possédaient toutes des confréries religieuse qui répondaient aux autorités suprêmes de l’Église Bradorienne à l’intérieur de l’ancienne capitale Mévose. Courant de pensée représentant l’expansion et la radiance de l’Homme à travers le dernier millénaire, la majorité des textes saints bradoriens s’inspirent de la vie et des exploits de Brador, le Juste, l’unificateur des peuples de l’est, ainsi que de ses Archons. Depuis la chute de l’Empire Mévosien, il y a un peu plus de 100 ans, les influences de l’Église tendent à diminuer. De nos jours, cette religion se voit principalement pratiqué à l’intérieur de Langegard et à l’est de la Marche Exilée. L’état de Cyriande, bien que tolérante face à la pratique de cette religion, a expulsé une grande partie de son clergé suivant le Traité des Cinq Prince environ 200 ans avant la chute.

–Histoire et légende–

Autrefois, lorsque le Cycle des Quatre était encore la principale religion du peuple des Hommes et que ceux-ci étaient divisés en clans, vînt un individu du nom de Brador. Dirigeant le Clan de Mévose, cet homme, d’un caractère, d’une discipline et d’une force exemplaire unit sous une même bannière les différentes peuplades d’hommes de l’est durant la première conquête mévosienne. Brador, le Juste, eut la vision d’un monde où l’humanité porterait la Lumière au-delà des Brumes. Cette Lumère permettrait d’élever l’esprit des pures vers l’ascension. Sur cette idée, il rassembla de nombreux seigneurs de guerre et peu à peu il conquit les régions qui s’opposaient à sa vision. les bases de ce qui deviendrait un jour le plus grand empire humain d’Élode, Mévose. Sa vision de la liberté des humains sous la Lumière renversa progressivement, au fil des années, la vision des hiérophantes du Cycle des Quatre au sein des clans unis de l’ouest. Toutefois, la vision de Brador ne prit forme concrêtement qu’après sa mort et l’établissement de son empire. En effet, l’existence de l’Église Bradorienne actuelle repose sur les efforts de Sainte Illya, première impératrice de Mévose. Les recueils historiques de cet âge relate des efforts considérables que celle-ci aurait posés afin de rendre justice aux exploits de Brador et de ses Archons réalisés durant leur vivant et de créer les bases de ce qui constitue aujourd’hui les Écrits-Saints. C’est en partie suite à ces efforts que, Brador, premier empereur de Mévose, devînt beaucoup plus qu’un simple héro de guerre durant les siècles suivant sa mort. Rapidement, des gens vinrent à l’idolâtrer à un point tel que celui-ci fut considéré comme le dieu guidant les hommes à travers ce nouvel âge. De nos jours, malgré la Chute Mévosienne et la décadence de l’Empire, celui-ci s’inscrit comme le protecteur et unificateur des Hommes. Il représente littéralement le porteur de la Lumière de l’humanité depuis les 500 dernières années.

Il est à noter que de son vivant, Brador fut principalement supporté par trois individus, ses Archons, ses fidèles conseillers qui l’appelèrent dans la réalisation de ses desseins. C’est selon les enseignements et exploits de Brador et de ses Archons que les Écrits-Saint furent écrits et que les bases de la théocracie de Langegard furent établies:

Égionde, la Clémente – Antinomie de l’Égoïsme
Représentation divine de la clémence et du pardon, rayon de la lumière divine, bras droit de notre saint empereur Brador, est ce qu’Égionde est devenue après avoir reçu son pardon. De loin fut-elle parvenue à ces qualités, elle qui était une enfant troublée par la vanité de futiles qualitées. Fille de haut-sang, égocentrique gamine et insensible, elle rencontra par la bonté du sort un homme aux saintes aspirations, qui déclamait haut et fort ses volontés d’Unification, de Gloire et appelait la lumière à bénir les hommes méritants de sa Pureté. De l’âme même de son discours résonnait l’inévitable Pardon en toute son importance. Sainte- Égionde appela en son cœur et son âme le très saint Pardon, et absolue de ses fautes, abandonnant toute forme d’Égoïsme afin de se dévouer à ceux qui en leur cœur appelait eux aussi à la Lumière, le ciel orageux s’ouvrit pour la baignée, compagne et fidèle fervente, de sa bienveillance.

Oberois, le Martyr –
Sicaire de la Félonie Difficile était la vie des gamins des rues, particulièrement pour le jeune Oberois. Pauvre du sort, incompris et méprisé par les plus nantis, l’enfant hantait les terres des clans à la recherche de sa maigre pitance. N’ayant aucun guide pour lui enseigner les bontés, brigandage et filous lui offrirent autant de leçons que de coups. Le mouflet, sale et parcourus d’ecchymose, trouvait refuge où il pouvait. Sur la place du marché, à ses 19 ans, un matin ombrageux s’anima soudain, alors qu’un homme haranguait la foule. À ses côtés, se trouvait une femme qui, au moment où son regard se verrouilla au sien, Oberois vit nimbée de la lumière divine. Découvrant en lui le secret de sa propre ferveur et d’une volonté d’être plus qu’un truand sans avenir, il ressentit l’appel du Pardon et lorsque la femme lui tandis la main, la lumière perça les ténèbres pour le baigné du sceau de sa promesse.

Brévall, le Fier –
Pourfendeur de la Lâcheté Fils de forgeron, Brévall était un gamin fuyant. Le conflit il évitait, les altercations le faisaient disparaître. Nul, en sa jeunesse, ne pouvait compter sur lui. Nombres de plus faible leva un regard suppliant vers celui qui aurait pu être leur sauveur, mais sur qui il détourna chaque fois le regard. Tout au long de son tutellage, il mania armes et sans conteste, cet enfant possédait le don d’un grand guerrier. Fort et rassurant, Brévall continua néanmoins de fuir devant toute situation, protégeant le secret de ses talents tel un serpent méfiant. L’enfant timide et lâche qu’il était se vit appelé à beaucoup plus grand, lorsqu’adulte enfin, il ressentit l’appel de son sang, le Pardon venu de son héritage. Il fit face à son destin, et ce pour la première fois avec bravoure. Depuis, il prouva mainte fois la force et la justesse de sa voix, sacré Saint-Brévall lorsque ses exploits le firent revenir victorieux du combat contre les géantes Aberrations.

Brador, le Juste – Porteur de la Lumière
Enfant timide et solitaire, son esprit empli de rêves de grandeur et de projets extravagants fit de Brador un enfant reclus, seul dans son monde d’idéaux. Fils unique d’une famille peu fortunée par le destin, ce jeune homme se sut d’avenir prospère, voir grandiose. De par sa solitude volontaire, il s’introduit à la lecture et l’étude attentive du monde. Il acquit la connaissance des croyances des peuples et de leurs lacunes, il vit les vides qu’elles créaient, les hérésies qu’elles causaient. Il fut inspiré à créer un monde meilleur, juste et uni. Il travailla à son pardon, s’obligeant à prêter main forte à autrui, détruisant lentement toute forme de vice en lui-même, afin d’être l’emblème vivante du projet qu’il portait en lui, du songe divin qui menait son bras et sa voix. Il abandonna sa timidité maladive pour ne laisser place qu’à l’empathie envers son prochain et l’éloquence d’un meneur. Ses paroles inspirantes sur l’entraide et l’unification parcourue les villages, les villes et les grandes citées Mévosienne, au début au même rythme que ses pas, puis prenant vie d’elle-même, par les voix de tout ceux qui seront appelés à recevoir sa Lumière et son Pardon. Avec les années, plusieurs joignirent sa cause et sous l’unique Lumière de l’humanité, s’unirent pour mettre fin aux conflits. En l’an – 34 avant la naissance la naissance de l’empire, l’immense vague de l’unification pris forme emporta dès lors l’humanité vers la Vérité et sa Lumière.

–Valeur et Idéologie–

— Justice et Pardon–

La Justice devant la Lumière est un des fondements de l’Église Bradorienne. Chaque Bradorien se voit d’en l’obligation de se prononcer quotidiennement sur les méfaits et pêchés perpétrés, cela devant les représentants du Juste. Selon la gravité des actes, ceux-ci se verront recevoir une pénitence. Uniquement suite à l’exécution de celle-ci auront-ils accès au pardon de leurs actes. Il est à noter que le concept de Justice au sein de la communauté Bradorienne ne peut être appliqué que par son clergé, qui représente le juge de tous crimes. Un individu réprimandant un fautif sans être lui-même membre du clergé recevra une pénitence équivalente au réprimandé. Il sera ainsi du devoir de chaque suivant de se repentir de ses actes à chaque coucher de soleil. Dans l’acte du Pardon quotidien, le fidèle s’assure ainsi de la pureté de son âme, ce qui le protégera des immondices de la nuit.

— Union et Communauté —

L’union de l’humanité sous une même bannière et l’esprit de communauté en découlant représente l’une des valeurs fortes transmises par l’Église Bradorien. Le salut d’un individu passera toujours par le salut de son prochain. La grandeur des Hommes découle de l’union de tous et seul unis pourront nous nous enlever vers le sanctuaire de la Lumière, ultime royaume de l’Homme.

Codes de conduite

  • Le Pardon quotidien: À chaque jour, les Bradoriens se voient dans l’obligation de se confesser devant un membre de l’Église Bradorienne. Ce pardon est une coutume se voulant protéger les âmes des bradoriens des ténèbres présents à l’intérieur de la Brume. En admettant ses péchés, l’individu se rapproche de l’absolution et de son salut. (Voir la section Cérémonies et Coutumes)
  • Aide à l’ascension du prochain: L’altruisme envers ses frères et soeurs bradoriens et l’aide au prochain sont des valeurs essentielles de tous les individus de la communauté bradorienne. À l’intérieur des écoles de Langegard et des duchés bradoriens de la Marche Exilée, tous sont éduqué à un très jeune âge au partage et à l’entraide dans la communauté. Évidemment, ce concept ne s’applique qu’à la communauté bradorien considérant que très peu de ceux-ci n’exprime ce même genre d’altruisme pour les pratiquants d’autres croyances.
  • La Communauté: La somme de tous dépasse de loin la valeur de chacun. Voilà l’un des dictons mévosiens qui est véhiculé dans la société féodal de Langegard depuis avant la chute. L’organisation politique et territoriale des régions bradoriennes témoigne de l’importance de la communauté de par le système de vassalité. Les représentants de l’Église Bradorienne mettent beaucoup d’emphase sur le pouvoir de l’union de tous et de la Communauté.
  • Le Principe du Don: Il est de l’obligation de chacune des familles bradoriennes de remettre à l’église leur troisième enfant afin que celui-ci ait une vocation religieuse. Bien que l’enfant aura le droit de fonder une famille ainsi que d’entretenir des relations normales avec ses parents, il devra suivre une formation religieuse dès l’âge de 12 ans. Le statut de sa famille déterminera la position de pouvoir que l’enfant pourra atteindre au sein de l’église.
  • La Vision de la Brume: Pour les Bradoriens, la Brume représente le vice et l’impureté des vivants. Ce n’est que par l’union des hommes sous une même bannière, sous une même foi, que Brador les protégera de la terreur. Les concepts de pardon, de communion et de communauté de cette religion découle de cette vision. Fondamentalement, les Bradoriens ne chassent pas “la Brume” même s’ils la perçoivent comme une menace. Ils prennent de nombreuses mesures militaires afin de se protéger des influences de celle-ci, mais leur plus grand outil est l’esprit de communauté et de ferveur religieuse. Le Pardon Quotidien représente l’une des plus puissantes coutumes Bradoriennes afin de défendre les individus des influences de la Brume.

–Recueils et Écrits– 

Les Écrits-Saint représentent les 4 textes écrits par Brador, Égionde, Obérois et Brévall. Ils transmettent les valeurs et les exploits des héros anciens bradoriens, les préceptes de l’Église Bradorienne et de l’ascension humaine. Dans chacun de ces textes, on fait la mention d’un paradis, ultime construction du premier empereur Brador, lors de son passage vers l’immortalité. Ce paradis, le Sanctuaire des Cieux, accueillerait tous les femmes et hommes ayant mené une vie pieuse répondant aux desseins de Brador le Juste et ses Archons.

–Représentants et Castes–

Suite à la chute de l’empire il y a plus d’une centaine d’année, la structure religieuse de l’Église Bradorienne est directement relié à la théocratie de Langegard. Autrefois dirigé par les Empereurs Mévosiens ainsi que l’Ordre de Saint Illya en Mévose, c’est maintenant le Pontife Langegardois et son conseil de cardinaux qui reprennent cette place.

Pontife de la Théocratie de Langegard: Le Pontife est le dirigeant politique et religieux de l’état. Suite à la chute de l’empire, le pouvoir religieux de l’Église fut transféré à ce titre. Depuis cette époque, le titre de Pontife est remis aux cardinaux de l’état d’Égionde suivant le décès ou le désistement du précédent porteur du titre.

Les 7 Cardinaux des Piliers de Langegard: Dirigeants respectifs des 7 Piliers de Langegard, ceux-ci administrent les différents comtes des régions compris autour des Piliers. Ils sont à la fois les représentants religieux suprêmes des régions en plus des dirigeants politiques de cette théocratie.

Les ordres religieux Bradoriens

Nommé en l’honneur des 3 archons de brador. Chacun des ordres ont leur travail propre et leur mission pour assurer l’efficacité et le bon fonctionnement de l’église.

Il est choses communes que les ordres collaborent ensembles. Bien qu’ils usent de moyens et de structures différentes pour atteindre leurs objectifs, leur foi commune amène la nécessité de se coordonné pour le bien de la lumière.

Les ordres s’assurent un recrutement grâce à une vieille tradition appelée communément; le don du troisième. Cette tradition qui est maintenue volontairement à travers l’église bradorienne consiste simplement à  »offrir » son troisième enfant à l’un des trois ordre de son choix et il n’est pas rare que les enfants suivants décident de leur plein gré à intégré le clergé. Les deux premier enfants étant toujours ceux qui apprendront principalement les rouages de l’entreprise ou des terres familiales et assurera de ce fait la descendance de leur famille.

L’Ordre de Saint-Brévall
Brévall

Force armée de Langegard et gardes frontaliers du pays, les soldats de l’ordre de Saint-Bréval représentent l’élite de la garnison langegardoise. On note une division entre l’ordre directe des Templiers de Saint-Bréval, sous les Inquisiteurs et la milice de base de Langegard qui est également dirigé par les lieutenants de l’ordre.

Vicaire
Le vicaire de Saint-Brévall s’occupe en totalité du bon fonctionnement de l’ordre. Il est en contact direct avec le Pontife et le conseil des sept cardinaux. Actuellement, ce poste est occupé par Leonard Percile, neveu du pontife de Langegard.

Le Grand-Inquisiteur
Le grand-inquisiteur s’occupe de la branche permanente et plus apparente de l’ordre. Sous son commandement on y retrouve les inquisiteurs et leur templier. Actuellement à ce titre se trouve Constant de Mornecourt, remplaçant le défunt Clément de Lioncourt, tué en mission en Rivesonge.

Les Inquisiteurs
Les inquisiteurs sont essentiellement les commandant des légion de templier qui protège le pays et ses frontière. Certain d’entre eux dirigent les camps d’entrainement pour entraîner les nouvelle cohorte de milicien qui vienne commencer ou perfectionner leur entraînement a chaque mois. De cette façon les soldats gardent un entraînement constant et reste prêt à toute éventualité. Présentement, douze inquisiteurs se retrouvent sous les ordres du Grand-Inquisiteur.

Les Templiers
Les templier son des soldat d’élite les plus décoré du pays. En temps de guerre ils servent aussi de capitaine pour la milice. Ils sont dévoués corps et âme à l’ordre et forme la force armée permanente protégeant les frontières et participent activement aux sorties militaire de l’ordre.

La milice
Il s’agit du centre de l’armée. On y retrouve des homme et femme de tout genre ceux-ci vacant à leur occupation jusqu’à leur prochain mois d’entraînement ou jusqu’au moment ou l’ordre les appels. On y retrouve divers rang à l’interne sous la direction des inquisiteur et templier.

 

L’Ordre de Sainte-Égionde

Égionde

Missionnaires et ecclésiastique présent dans les hôpitaux et temples de la communauté Bradorienne. L’élite de l’Ordre d’Égionde, se voit également positionnés à la garde personnelle des Cardinaux et du Pontife au sein de Langegard. Cet ordre se sépare en plusieurs branches, chacunes d’elles ayant un mandat qui assure le bon fonctionnement interne, la sécurité et la santé de toute la communauté bradorienne.

Vicaire
Le vicaire de saint-Égionde s’occupe en totalité du bon fonctionnement de l’ordre. Il est en contact direct avec le Pontife et le conseil des cardinaux. Actuellement, ce poste est occupé par Tempérance d’Angecourt

Les Prévôts
Les prévôts sont les commandants de chaque branche au sein de l’ordre.

La Lance d’ Absolution
Cette branche a comme mandat de s’assurer du bon fonctionnement des communautés bradoriennes. Ils servent de mains d’oeuvre lorsque la commune en a besoin, ils font respecter les lois religieuse de chaque région en plus d’être mandaté par le pontife à la communion du pardon, les prélats font office de guide religieux et reçoive les demandes de pardon de chaque communauté.

Les Larmes du Pardon
Cette branche inclus la majorité des médecins et chercheurs. Déployées aux quatre coins des pilliers. On les voit dans les chaumières et les hôpitaux à traiter les malades. Ils sont nécessaire à toute communauté et à toutes sorties militaires officielles.

Les Ecclésiastes de l’Aurore
Cette branche a pour fonction de supporter le pontife et son conseil des cardinaux dans leurs décisions administratives concernant l’église. Ils sont essentiellement des diplomates et des trésoriers. Ils sont également en charge du trésor du clergé. Dans leurs rangs on trouve les Gardes du siège de Lumière, Des anciens templier de l’ordre de Saint-Brévall spécialisé dans la protection d’autrui et de cargaison à risque. Ils sont les gardes protégeant le pontife et les cardinaux dans tous leurs déplacements avec la moindre possibilité de risque.

L’Ordre d’Oberois

Obérois
Gardien du savoir et des écrits sacrés de l’Église, l’ordre d’Obérois s’occupe de l’enseignement général de la population et de l’endoctrinement des régions externes. Situé dans la citadelle de Mornecourt ils s’assurent que les traditions et la gloire de brador soient maintenue. Présent dans la Marche Exilée et Langegard, ils sont les missionnaires chargés de l’éducation des valeurs de l’Église. Porteur de la lumière de Brador, idolâtré par tout bon bradorien et craint par les infidèles. Les dirigeants de cet ordre sont appelé Sermonnaires et dictes les actes des érudits de l’ordre.

Vicaire
Le vicaire d’oberois s’occupe en totalité du bon fonctionnement de l’ordre. Il est en contact direct avec le Pontife et le conseil des cardinaux. Actuellement, ce poste est occupé par Fidèle de l’Aurore.

Sermonnaires
Ils sont les juges de l’église, ils décident d’octroyer le pardon ou non aux actes les plus sévère commis par les fidèle de l’église et des action qu’ils devront entreprendre pour atteindre ce dit pardon. Allant de simple messe et prière jusqu’au pèlerinage ou même dans les cas les plus sérieux, recevoir le pardon par la Sainte-Lumière de Brador que l’Ordre est porteur.

Prosélytes
Ils englobent la majorité de l’ordre, ils sont les missionnaires parcourant les terres pour partager les passages des Écrits-saint et propager les décisions de l’église sur divers sujets.

 

–Rites et Fêtes–

  • Grande Communion, grande messe hebdomadaire à l’intérieur des temples de la communauté Bradorienne (Langegardoise ou Exilée).
  • Les messes, toutes les festivités dans Langegard se font en communion devant la Lumière. Qu’il s’agisse d’une simple naissance à aller vers la récolte des moissons, tout aura une connotation religieuse devant la Lumière Sainte.
  • Les Cérémonies du Pardon, à chaque jour, avant le coucher du soleil, chaque individu de Langegard, suivant les annonces des hérauts, se verront appelé à faire un pardon devant la Lumière Sainte afin de se purifier de leur pêchers. Le tout se fera à l’intérieur de différents établissements religieux des communautés langegardoise. Le tout est renforcé par la réalité des phénomènes brumeux et des risques d’afflictions pour les infidèles.
  • Coïncidant avec le solstice d’été, la cérémonie du Don consiste à l’enrôlement des jeunes troisième enfants qui se joignent à l’Église Bradorienne. C’est lors de cet événement qu’on inaugure de nouvelles sculptures à l’effigie des personnages incarnant le mieux la majesté de la Foi Bradorienne.

 

Jeu de rôle immersif grandeur nature

%d blogueurs aiment cette page :