Le Cycle des quatre

Valeurs prônées: Fidélité, Vigilance, Volonté

Prié par : Humain

Clergé représenté par: Humain

Précepte: Famille, Tradition, Liberté

Devise: Au gré des saisons, À travers le temps

Symbole les plus courant: Un cercle torsadé de quatres brins ou bien quatre cercles s’entre-croisant.

Cycle des 4 BL

–Introduction–

Le Cycle des Quatre est un culte aussi ancien que le monde. À l’intérieur de celui-ci, les croyants y prient les Quatre Esprits; La Marâtre d’Été, l’Éphèbe d’Automne, l’Ingénue du Printemps et l’Hermite d’Hiver. Le Cycle des Quatre fut à une époque l’un des cultes les plus pratiqués d’Élode jusqu’au jour où les rumeurs de la Lumière arrivèrent du royaume de Mévose, réduisant dès lors fortement son étendue originelle en convertissant de nombreux peuples à de nouvelles croyances plus récemment nées.

Le Vigmark demeure un bastion de cette religion. Suivant le courant de pensée des Quatre, les Vigmars voient le changement des saisons comme étant dotées d’un symbolisme profond. Dans cette société, chaque nouveau-né se voit béni au nom de l’un des Quatre Esprits. Selon les croyances, cette bénédiction initiale façonne une partie de la personnalité des individus du Vigmark. Les gens d’été étant plus impulsifs, du printemps plus énergiques, de l’automne plus calmes et de l’hiver plus calculateurs. Cette bénédiction transparaît ainsi dans chacun des noms des hommes et des femmes du Vigmark en s’ajoutant à la suite de leur prénom et patronyme; Beorn Tilurm, fils d’Éphèbe, Mathild Garlinn, fille d’Été, etc. Cette religion est également populaire dans les hameaux de l’ouest de la Marche, là où les Hommes renouent avec les anciennes traditions.

Les Orcs sauvages sont aussi connu pour prier les divinités du Cycle des Quatre. Ces esprits sont vu différemment de la vision des Hommes du nord, les sauvages percevant les esprits des Quatre comme étants des esprits de la vie et la mort, et non pas des saisons. Leur pratique est à la base chamanique, et est considérée par plusieurs comme barbare et violente.

Pour les mystiques du Cycle des Quatre, l’apprentissage de leur art est intimement lié à la religion, puisque l’enseignement de l’art du mysticisme est donné dans les sanctuaires du Cycle eux-même.

 

–Histoire et Légende–

Selon les légendes, le Vigmark était autrefois une contrée isolée du reste d’Élode. Elle était soumise à un hiver éternel, emprisonnée par une chaîne de montagnes de glace façonnée par les Géants du Midlodhian qui y habitaient. Les ancêtres des Vigmars, soit les Chevaucheurs de Thul et les Marcheurs du Nigde, vivaient ainsi coupés du monde extérieur, asservis par leurs seigneurs, les Géants.

Isolé de tout, ce peuple se languissait du jour où il pourrait accéder aux étendues du monde extérieur. N’ayant connu que le froid, plusieurs des leurs prièrent d’être un jour libérés de ces chaînes de glace. Ces prières devinrent rapidement un désir ardent. C’est ce désir qui invoqua alors la Volonté de la Marâtre d’Été, Esprit des Quatre. De sa douce chaleur, elle libéra les prisonniers de leurs liens de givre. Avec l’ardeur du changement des saisons, les Vigmars adressèrent prières, cadeaux et sacrifices aux esprits des quatres saisons, et ensemble ils triomphèrent les Géants de Glace et firent tomber les frontières figées du Midlodhian.

Ainsi libérés, les Vigmars découvrirent la puissance du cycle implacable du temps, les beautés de l’Ingénue du Printemps, la sérénité de l’Éphèbe d’Automne, la bonté de la Marâtre d’Été et réapprivoisèrent la réalité de l’Ermite d’Hiver et quatres sanctuaires leurs furent individuellement dédiés et sont encore à ce jour le symbole du bastion du Cycle des Quatre qu’est le Vigmark.

Récits du Midlodhian, Les Géants

–Valeur et Idéologie–

Fidélité

  • Connais ce qui guide ton coeur, et apprends à être guidé par cette dévotion.
  • Il est facile d’être loyal lorsque le temps est à la prospérité, la loyauté se mesure lors des épreuves du Cycle.
  • Les vertueux du Cycle aident les leurs, ils ne profitent pas de leur faiblesse ni de leurs tourments.
  • Sache reconnaître la loyauté, car elle s’avérera être ton meilleur allié durant les passages.

Vigilance

  • Reste le gardien de tes frères, soit la vigile qui veille sur leurs pas à l’intérieur de la tempête.
  • Sois toujours attentif aux messages des Esprit, car le Cycle est toujours en perpétuel changement.
  • Sois le guide dans les vents et l’observateur dans le temps. Ne laisse jamais un détail t’échapper.

Volonté

  • Aspire à de grandes choses, ton passage dans le Cycle n’est défini que par tes ambitions et ceux des Quatre.
  • Tu es un être libre de choix, ne laisse jamais aucune créature le renier. Prend possession de ton destin sans jamais t’oublier.
  • Contrôle tes instincts et transcende tes pulsions. Démarque-toi de la bête et apprend à la maîtriser à jamais.
  • Soit maître de tes sacrifices, protège les siens de par ta volonté et de par ta vie.

 

–Ordre religieux et courants de pensée–

Les Hiérophantes des Signes

Voyageurs spirituels et philosophes Vigmar, les Hiérophantes des Signes représentent la principale instance religieuse du peuple du nord. Charismatiques porteurs de la croyance du Cycle des Quatre, ces derniers recherchent la connaissance et la sagesse à travers les saisons, la vie et la mort. Ils se retrouvent en grande partie à l’intérieur des enceintes de Caelenbrin, où ils résident dans d’humbles sanctuaires dans lesquels ils dédient leur vie aux Quatre. Ils font là-bas leurs recherches sur l’âme et leurs méditations profondes sur le monde. Certains de ces représentants sont également de grands voyageurs qui bravent les Vents de Brume et autres dangers d’Élode afin de découvrir les mystères les plus profonds de l’existence. Ils sont aussi chargés d’officier les sacrifices et festivités rituelles des Équinoxes et Solstices. Enfin, il existe quatre sanctuaires spécifiquement dédiés à chacune des antitées du Cycle, et ces quatres sanctuairessitués à distance à peu près égale de Calenbrin en différentes directions, sont lieux de pélerinage tant pour les croyants que pour les mystiques du Vigmark. Ces lieux sacrés, calmes et dédié à la vénération, se voit lieux de rassemblement chacun qu’une fois l’an; lors des rites de Solstices et d’Équinoxe, et encore là, le plus grand respect est accordé à ces lieux antiques.

Le cycle en dehors du Vigmark

Si le cycle est souvent rencontré en dehors du Vigmark, il y est célébré de façon beaucoup plus communautaire et régional. De modestes sanctuaires dédiés au Cycle des Quatre se retrouvent dans beaucoup de région, y enseignant les préceptes de cette ancestrale religion et le mysticisme, mais aucun ordre de hiérophantes n’y ont résidence. Il s’agit plutôt de croyants prenant soin de leur communauté, célébrant tout de même les rites traditionnels du Cycle. Toutefois, les sacrifices humains effectués lors des solstices et équinoxe sont exclusif aux temples du Vigmark. En contrée, ces célébrations seront plutôt marquées par le sacrifice d’animaux, ou le don du sang de tous afin de célébrez la nouvelle saison à venir et la bénir. Il n’est pas rare que les plus fervents entreprenent donc le traditionnel pélerinage afin de visiter chacun des temples saisonniers du Vigmark et ensuite s’y établir quelques années afin de recevoir d’un des sanctuaires mineur, acceptant les étudiants, le  complément de leur éducation afin d’atteindre le titre honorable de hiérophante du Cycle des Quatre.

Le Shamanisme des Sauvages

Peu est encore connu des shamans donüngies habitant les Marais de Noc’Tol. Nous savons cependant que les sauvages Orcs ont une croyance fort similaire au courant du Cycle des Quatre. Le cycle de vie et de mort semble être d’une importance capitale pour ces croyants et leur représentation des Quatre est dite très différente de celle pratiquée par les nations civilisées d’Élode. Dû à leur nature très sauvage, il est actuellement impossible d’en connaître d’avantage ou de prendre contact avec eux.

–Représentants et Castes–

Le siège du pouvoir de l’institution religieuse du Cycle réside au Vigmark. Quatre grands sanctuaires dédiés chacun à une saison sont dirigés par quatre grands hiérophants du Cycle. Fermés au public, ces temples ne sont accessibles que par les hiérophants ou les mystiques de très haut rang, et encore, seulement très peu d’entre eux peuvent pénétrés plus loin que l’enceinte de la cour. C’est un phénomène aussi connu à Caelenbrin, où il est impossible d’entrer dans les quartiers intérieurs. Il faut une autorisation remise uniquement par l’élite pour y étudier ou fréquenter ces lieux.

Les grands hiérophants actuellement en place sont les suivants;

Sanctuaire de l’été: Grande Hiérophante Adélïa
Sanctuaire de l’automne: Grand Hiérophant Galevent
Sanctuaire de l’hiver: Grand Hiérophant Sobretant
Sanctuaire du Printemps: Grande Hiérophante Félirie


Chaque grand hiérophant est secondé par un groupe restreint d’individus. Ils ont une énorme influence politique au Vigmark. Toutes les grandes décisions passent par eux.

Plusieurs petits sanctuaires mineurs peuvent être retrouvés un peu partout dans le monde connu, mais ils sont dirigés individuellement par des croyants prenant soin de leur petite communauté. Peu importe l’emplacement du sanctuaire toutefois, les rites restent les même et sont appliqués de la même façon. Un grand respect est porté à quiconque portant le titre de hiérophant et seul les prêtres et prêtresses de plus grands rangs, ayant accomplis les rites nécessaires, peuvent prétendre à ce titre.

Les suivants du Cycles sont tous représentant de leur religion. Par les rites qu’ils suivent quotidiennement, leur autel personnel ainsi que par la pratique, ils donnent coeur à leur croyance. Certains d’entre eux toutefois, leur servent de guide spirituel. On les appelle “Prêtre ou prêtresse”. Ces représentants du Cycle doivent veiller et procéder aux rites plus importants de leur communauté. Ce sont aussi eux qui effectuerons les sacrifices rituels et les offrirons à la Brume. Il n’y a pas de passage particulier pour les prêtres et prêtresses, autre que celui d’être dédié à sa communauté et d’être prêt à effectué les sacrifices rituels. Une ancienne coutume implique que celui ou celle qui se dédie au cycle rennonce à sa saison pour prendre le nom d’enfant des Saisons. Mais il est commun que prêtre et prêtresse conserve leur saison en préférence.

Toutefois il en va tout autrement du titre très révéré de Hiérophant. Afin de devenir hiérophant, des rites secrets doivent être effectués. La seule façon d’obtenir ce titre est d’être parainé par un autre hiérophant et il s’agit d’un ardu processus dont le dévouement est le coeur central.

Rites et Fêtes

Le Cycle des Quatre étant surtout rythmé par le biais d’une multitudes de petits rituels, dons, sacrifices et cadeaux, beaucoup d’habitudes ont prit racines dans les différentes familles et communautés. S’ils varient par leur formes et fréquences, il reste que chaque jours voit son offrande au Cycle des Quatres, et chacun s’assure d’effectuer un dons sous une forme ou une autre, au bénéfice de leur communauté rapprochée.

Les familles bien établies possèdent toutes un petit autel familial qu’elles transportent au fils de leurs voyages, ou pose chez soi lorsqu’ils ont résidence dans un hameau. À chaque repas, un peu de vin, de sauce de viande ou autre cadeau y est posé, afin de remercier le cycle de ses bienfaits et de s’assurer sa bienveillance envers la famille. Lors de l’abattage de bétails, le premier sang versé est toujours offert au Cycle des quatres.  

Solstices et Équinoxe

Dans le Vigmark, chaque solstice et équinoxe est l’occasion de cérémonies en lien avec l’un des grands esprits du Cycle. C’est le rituel le plus respecté dans le Cycle des Quatres et tous sont tenus d’y participer activement. Que ce soit pour symboliser la moisson, l’abondance des récoltes, de la pêche ou bien uniquement l’arrivée des saisons, ces célébrations religieuses ont toujours une allure très festive. Au cœur de ces célébrations, on y retrouve sacrifices d’animaux, musiques, danses et chants pour commémorer le changement de saison et le passage à une autre période de l’année. Les sanctuaires du Cycle organisent quatre fois l’an ces célébrations des saisons et y rassemblent pour quelques jours de fêtes, de dons et de bénédictions, l’entièreté des priants du Cycle ayant pu effectuer le pèlerinage. Pour chaque passage de saison, un Hiérophante de grand âge ayant atteint l’ultime sommet de son cycle de vie est choisit pour effectuer l’utime don et être sacrifié pour souligner le passage de la saison. Le sacrifice se déroule de façon très ritualisée au sanctuaire de l’esprit du Cycle à qui est offert cette vie. Par exemple, lors du Solstice d’été, beaucoup ferons le pélerinage vers le sanctuaire de l’été pour assister à ce don ultime de l’ordre religieux du Cycle des Quatre. La route est parfois très longue et les célébrants toujours très nombreux, et puisque les déplacements saisonniers coïncide de façon générale avec l’emplacement de ces quatres sanctuaires, le pélerinage en est un peu facilité.

Le Festival de L’Abondance

C’est pendant la fin de l’été, la veille des les semailles d’automne, que le peuple du Vigmark organise cette grande célébration dédiée à la Marâtre de l’Été. Au contraire des solstices et équinoxes, elle est célébrée localement là où la collectivité a résidence. À l’occasion de ces festivités, de grandes quantités de bétail y sont sacrifiées afin d’animer la fertilité des sols des plaines et d’apaiser l’ardeur de la Marâtre pour favoriser le passage vers l’automne, saison de l’Éphèbe. Au lendemain de ce grand banquet commun, tous s’unissent afin de faire les semailles d’automne. Puisque les communautés voyage beaucoup, ces plants ne serviront peut-être pas à cette collectivité particulière, mais ils nourriront d’autres vigmars et tous trouveras ailleurs de semblables plantations. Ainsi par leur sacrifice de temps et d’efforts, le Vigmark regorge de ressource pour son peuple en maints endroits et permet aux voyageurs de se sustenter lors des des récoltes.

Le passage des âges

Une très vieille légende du Cycle raconte que les ans sont un cercle continuel majoritairement protégés chacun  par un esprit différent du cycle.Chaque quatre années, un cycle est complété et il recommence à son début. Ainsi, l’année de l’hiver est une année de réflexion et de repos, généralement marquée de  jeûnes volontaire. Celle de l’automne est consacré à l’élaboration de projets, le printemps à concrétiser ces projets, comme construire sa maison, et l’année de l’été est une bonne année pour faire des alliances, des voyages. Il est, selon le mythe, de mauvaise augures d’allez à l’encontre de la saison qui veille alors.

De cette vieille légende découle aussi la pierre blanche marquant le passage à l’âge adulte.Lorsque quatres cycles de ces saisons se sont écoulées, donc à l’âge de 16 ans, l’enfant est jugé accepté par le Cycle des Quatres et offrira de son sang à l’autel familial afin de sceller la fin de son cycle d’enfance et ainsi rejoindre sa communauté en tant qu’adulte. Pour la plupart des priants du cycle des Quatre, seul ce rite de passage à l’âge adulte persistes de cette vieille croyance, sauf quelques familles qui perpétue la tradition.

L’an 117 est année d’Hiver, 118 est celle de Printemps, et ainsi de suite.

Les rites funèbres

La fin de la vie chez les priants du Cycle est accueillie avec de grandes célébrations et festivités joyeuses célébrant le début du cycle funèbre. La majorité des personnes âgées ou touchées par la maladie choisissent d’elle-même le moment de leur trépas, en offrant leur vie lors d’une cérémonie rituelle funèbre afin que leur âme bénie par un hiérophante se joigne au Cycle et ainsi poursuivre son existence dans le temps éternel ou jusqu’à ce que l’heure de revenir au cycle de vie survienne.

Ce sacrifice de son corps matériel est la plus certaine façon de continuer à protéger sa famille et sa communauté proche à travers la mort; ainsi dit-on, le sacrifice au bénéfice des nôtres. Les priants du Cycle savent que grâce à ce sacrifice, ils peuvent non-seulement inciter les esprit des Quatres à protéger des effets néfastes de la brume les leurs, mais que c’est aussi  la seule façon d’assurer que leur âme reste dans le cycle et ne disparaisse pas dans l’inexistence. Il est considéré par les priants du cycle comme un immense honneur d’être choisi comme sacrificel, et ce peu importe sa situation géographique. Le corps mortel est ensuite rendu à la nature, que ce soit par le feu, le gré des flots ou à la terre, afin de regagner le cycle.  

Le rituel du sacrifice de Guerre et la messe de Salvation

Lorsque l’heure est à la Guerre, les guerriers du Cycles sont de féroces combattants. Non seulement combattent-ils pour leur patrie, mais aussi pour leur salut et celui de leur ennemis. Comme ceux qui franchisse les portes de la mort, les guerriers précèdent leur combat d’un rituel afin de promettre leur âme au Cycle et s’assurer que peu importe qui les vaincra, ou les rites funèbres effectués, ils gagneront effectivement le Cycle Funèbre et ne seront pas interrompus dans la successions infinie de leurs cycles. Ceux qui reviennent du combat vivants n’en sont pas moins louangés pour le service rendu au nom des leurs, mais la mort est vue positivement et saluée de piété. De même, c’est un grand honneur pour un prisonnier de guerre que d’être exécuté et offert au Cycle. Par cette exécution au nom du Cycle, son esprit se verra renaître sous la bénédiction des Quatres. Cet honneur est rarement accordé à d’autres que les prisonniers humains, mais quelques prestigieux prisonniers raciaux ayant pu bénéficier de ce respect sont cités historiquement.

Lors de grandes guerres entre humains, les Cyclaires procèdent généralement à la messe de Salvation. Cette messe, assure que toutes les victimes humaines du guerrier seront offertes au Cycle même si ceux-ci ne le souhaite pas. Ainsi, peu importe qui vénérait celui qui tombe sous l’arme d’un Cyclaire, son esprit se voit accueillit dans le Cycle pour son cycle funèbre. Cette messe représente l’ultime chance que peu offrir un Cyclaire à celui qui s’est égaré dans sa foi, d’où son appellation et sa popularité. Elle est symbole de merci et de bienveillance envers ceux qui combattent avec vaillance.

Jeu de rôle immersif grandeur nature

%d blogueurs aiment cette page :