Les Pilliers de Langegard

« À travers l’histoire de l’Homme, aucune instance religieuse n’a su se montrer aussi influente et puissante que l’Église Bradorienne. Notre influence va au-delà de Langegard, s’étendant à travers la Marche Exilée et même à l’intérieur du Vigmark. »

– Sigmund Percile, Pontife du Clergé de Brador et Chef de l’État Langegardois

— Introduction à Langegard —

Dernier pilier de la foi Bradorienne à travers les nations de l’Ordre d’Élode, la ferveur religieuse de Langegard n’a d’égale que la splendeur de ses architectures. Possédant la plus grande puissance  militaire humaine depuis la chute de l’Empire Mévosien, Langegard représente également l’un des pivots défensifs du continent. Dirigé et administré par le Clergé de Brador, son peuple est rempli de convictions envers les enseignements de son Église. Il s’agit là d’un peuple affirmé qui éprouve une grande assurance générale et qui porte beaucoup d’importance aux apparences.

Qu’est-ce qu’il est

  • Un peuple pieux dont la culture et les moeurs sont intimement reliés à l’Église Bradorienne et les nombreux ordres religieux s’y rattachant.
  • Une région où politique et religion ne représentent qu’une seule entité et où vouloir s’en défaire attire à la fois malheur et désarroi.
  • Une nation haute en couleurs, qui n’a pas peur d’afficher ses opinions face aux autres nations, pouvant parfois faire preuve d’arrogance envers ces dernières.

Qu’est-ce qu’il n’est pas

  • Un peuple composé uniquement de chevaliers ou de paladins sauvant la veuve et l’orphelin.
  • Les Langegardois sont sous la lumière de Brador et descendent tous d’une même congrégation religieuse. Malgré ce fait, ils peuvent tout de même avoir des querelles internes.
  • Bien qu’il y ait des extrémistes religieux au sein de Langegard, plusieurs ordres s’opposent ouvertement à eux et à leurs pratiques.

 

— Histoire —

L’Ancien Empire Mévosien

Autrefois, Langegard représentait l’avant-garde côtière de Mévose, le territoire ayant été colonisé il y a près de 400 ans par cet ancien pays. À l’origine vassaux de l’Empereur Saint, quelques représentants politiques envoyés à l’Ouest prirent rapidement goût à une indépendance possible vis à vis l’empire. Il est à noter que Langegard n’était à cette époque qu’une simple province de Mévose. Après plusieurs années, les représentants influents Langegardois débutèrent le mouvement d’indépendance de leur nouvelle nation. Ils avaient développé une vision différente de l’administration de l’état et du rôle du Clergé Bradorien en son sein et ils avaient accumulé beaucoup de partisans. En dépit des conflits qui en  résultèrent, aucune guerre ouverte ne se déclara entre les deux territoires. Après des mois de négociations, Langegard accéda enfin à son indépendance. Le nouveau pays garda toutefois une grande proximité avec Mévose et les deux nations restèrent de très bons alliés.

L’Année Sombre

Comme toutes les autres nations d’Élode, Langegard fut grandement affectée par l’Année Sombre. Non seulement son principal allié politique, Mévose, fut complètement anéanti par les cataclysmes, mais près de la moitié de la population de Langegard  fut décimée par la famine et la maladie. Langegard accueillit un grand nombre de réfugiés en provenance de l’Empire Mévosien, la plupart étant des nobles et anciens seigneurs de la région. Les créatures et engeances assiégeants perpétuellement les frontières de Langegard pendant cette époque ont également détruit beaucoup des anciennes frontières de cette contrée.

La Guerre de l’Exil

À la suite de l’Année Sombre, Langegard était l’une des principales nations à convoiter les territoires encore habitables à l’est de l’empire. Elle souhaitait annexer les quelques milliers de survivants s’étant installés à l’intérieur de ce qu’on appelait à l’époque le Chemin de l’Exil. Elle guerroya pendant plusieurs années contre les Vigmars et les habitants du Chemin. La Guerre de l’Exil dura ainsi pendant trois ans et se solda par la formation de la Marche Exilée. Quelques années plus tard, l’Ordre d’Élode vit le jour afin de contrer la menace provenant des Vents de Brume.


— Vêtements et Apparats —

(À venir)

— Moeurs et coutumes —

Quoi qu’ils entreprennent, les gens de Langegard le font toujours en grand. Ainsi, les fêtes, tournois, messes et spectacles se font plus souvent qu’autrement de façon grandiose, voir démesurée à l’honneur de la lumière de Brador. Bien qu’ils ne fassent jamais rien sans le consentement de l`’Église lorsqu’ils organisent quelque chose, ces derniers possèdent une vision artistique surprenante et un sens du spectacle. L’excellence et le raffinement sont des valeurs très répandues à l’intérieur de Langegard. Par le fait même, plusieurs académies régies par l’Église Bradorienne ont vu le jour depuis quelques décennies. On y enseigne plusieurs arts et sciences, ceux-ci restant toutefois très régulés par le clergé.

Fêtes et traditions

Les Langegardois organisent plusieurs fêtes religieuses de grande importance pendant l’année. Les différents ordres religieux financent et préparent les fêtes qui leurs sont associées. Le succès de ces nombreux tournois et spectacles servent à démontrer la dévotion que ces ordres ont envers la lumière de Brador. C’est lors de tels événements qu’on inaugure de nouvelles sculptures à l’effigie des personnages incarnant le mieux la majesté de la Foi Bradorienne. Il est en effet très rare qu’on ne remarque pas une quelconque influence de l’Église Bradorienne dans les événements mondains des castes sociales plus puissantes.

La Grande Messe est probablement l’événement culturel et religieux le plus important qui se produit dans la société Langegardoise. Il s’agit d’une fête où l’on célèbre la venue de Brador et son passage à la lumière éternelle. Pendant une journée entière, les habitants de toutes les provinces de Langegard se réunissent à l’intérieur de leurs églises et cathédrales pour prier devant la divine Lumière.

 

Vision de la Brume

(À venir)

 

Politique interne —

Les hautes instances du Clergé Bradorien dirigent cette région depuis sa division avec l’Ancien Empire, il y a de cela près de 300 ans. Ce Clergé est scindé en divers ordres et instances religieuses qui répondent tous au Pontife Supérieur, dirigeant de la nation, et à son concile d’Archevêques. Ainsi, la région de Langegard se retrouve divisée en sept provinces ou piliers, dirigés par les Archevêques de Brador.  Ces provinces sont divisés en de plus petites parcelles de terres contrôlées par un Comte qui se rapporte directement au cardinal en charge de la région. Chaque grande région peut être séparée de 2 à 6 parcelles de terre. Ces seigneurs sont choisi par leurs actions ou même en cadeau par le clergé. Les campagnes de Langegard fonctionne sur un système féodal séparant les 7 régions en plus petites.

— Rive-Sainte —

À proximité du Lac d’Angecours, Rive-Sainte est l’une des provinces les plus vieilles de la région. Cette dernière représente le centre culturel et artistique de Langegard. On y retrouve un grand nombre de peintures célèbres et d’innombrables sculptures à la gloire de l’ancien empire. Elle est la porte d’ouverture de Langegard sur la Marche Exilée, voisine de la seigneurie de Valorie avec qui elle partage le goût de l’art et du spectacle.

La grande région de Rive-Sainte est présentement séparée en 4 comtés dont le plus reconnu, contrôlé par Archivald De l’Ouard. La famille de L’Ouard s’est fait remettre les plus grande terre de la région après avoir fait la majorité des tableaux et œuvres artistiques décorant la grande Cathédrale de Rocquefer.

— Rocquefer —

Bastion et avant-garde de Langegard au nord-ouest des frontières, Rocquefer est une petite province qui assure en premier lieu une fonction militaire et un pivot défensif indispensable pour la nation. C’est également le lieu où siège l’Ordre des Chevaliers de Brévall, ou de Saint-Brévall, qui occupent une cathédrale fortifiée, considérée à la fois comme monastère et forteresse.

La grande région de Rocquefer, vue sa vocation très militaire est séparé en 3 et chaque de ses localité sont essentiellement des camps de formation en vue de former les Langegardois ainsi que les recrues de l’Ordre de Saint-Bréval. La plus importante est contrôlée par Adéline de l’Aube Inquisitrice décoré à plusieurs reprise de l’ordre de Saint-Bréval. Celle-ci s’occupe essentiellement du comté Nord de la Région, là où on y trouve la Grande Cathédrale de l’Ordre

— Montpieux —

Il s’agit d’un lieu de pèlerinage et c’est la région où l’on retrouve la Sainte Croix, monument célèbre à la grandeur de la foi de Brador. Montpieux accueille un nombre important de pèlerins à chaque année. D’allure majoritairement rural, ce pilier est le moins populeux de tout Langegard. On y retrouve également les magnifiques Jardins Ériziens qui longent la route sur des lieux.

La grande région de Montpieux n’est que très peu populeuse et pour cette raison elle n’est séparée qu’en deux grand comté. Contrôlée par une commune de Pèlerin et de travailleur s’occupant principalement de garder la grande beauté des Jardin Ériziens

— Le Val d’Aprebrise —

Garde-manger de la région, Aprebrise est un regroupement de hameaux agronomes où le sol y est riche et accueillant. On la reconnaît par ses énormes moulins à vent qui agrémentent ce paysage rural. Les récoltes annuelles sont telles qu’elles permettent de nourrir une bonne partie de la population de Langegard.

Le Val D’Âprebrise est l’une des plus importante pour Langegard. Séparé en 6 comté qui se démarque par leurs terres très fertiles et ses grandes cultures en tous genre. Avoir une aussi importante production de produit nécessaire au bon fonctionnement de Langegard demande une énorme charge de gestion. À cette tâche se trouve la famille Evanissien, Famille régente du comté central du Val D’Âprebrise. Leur tâche dans la région est des plus importante, le contrôle et l’expédition des rations nécessaires aux grande région. Le marché de Lorgues est le carrefour des échanges de denrée en tout genre. C’est là que l’on centralise les dépôts de grain. C’est à ce point névralgique que se négocie la distribution des rations à travers les pilliers.

— Égionde —

Province où se retrouve la capitale sainte de Langegarde et résidence du Pontife Percile, une véritable forteresse de splendeur à la grandeur du culte Bradorien. C’est à cet endroit que siègent le Pontife et son Haut-conseil de Cardinaux qui administrent l’État de Langegard. Cette région est divisée en 3 comtés principalement académique et religieux. On reconnait le seigneur Réginald Garmond. Directeur de la plus grande école de la région qui enseigne la médecine ainsi que les messes et rituels curatifs. L’un des lieux d’entraînement et d’importance pour l’ordre de Sainte-Égionde.

— Forgepuit —

Province industrielle de Langegard, exploitant les Gorges d’Idyle depuis des lustres, celle-ci est reconnue pour ses académies et universités diverses. Plusieurs percées scientifiques y ont vu le jour depuis la chute de l’ancien Empire. Les forges de production là-bas y sont réputées pour leurs produits finis de grande qualité.

Pilier de l’artisanat et du savoir-faire de Langegard. Cette région est séparée en 4 comtés, chacun d’eux possède une partie des Gorges d’Idyle. Principaux lieux d’extraction des richesses de la région. Chaque comté reçoit une redevance pour tout ce qui est extrait dans sa parcelle de la mine. L’un des comté est contrôlé par le clergé Bradorien et ses richesse vont directement dans les coffres Bradorien pour financer les 3 Saint-Ordres.

— Mornecourt —

Reconnue dans la région de Langegard pour sa prison, Heaumebrume, et pour sa garnison impressionnante, Mornecourt est le pivot militaire majeur de l’est de Langegard. On retrouve à l’intérieur de celle-ci le siège de l’ordre Oberois.

Cette région est séparé en 6 comté principalement de grande étendue de vigne et de verger réputé qui fournisse Langegard avec son grand vin depuis des décennies ainsi que ses grandes bibliothèques, archives et plus important encore au centre du Siège de l’ordre Oberois se trouve, sous la plus grande protection, les Écrits-Saint

Secteur Militaire

De la cavalerie aux infanteries, les forces militaires de Langegard sont reconnues partout dans l’Ordre d’Élode pour leur discipline et les stratégies militaires qu’elles emploient au combat. Elles sont scindées selon les multiples ordres et confréries religieuses qui existent sur le territoire et se mobilisent généralement de façon indépendante les unes des autres. Lorsque nécessaire, la totalité des armées obéissent à la volonté suprême du Pontife, son pouvoir étant absolu au sein des différents ordres.

 

— Politique externe —

Il n’est pas surprenant de constater que les Langegardois entretiennent des relations difficiles avec plusieurs des nations de l’Ordre d’Élode. En effet, l’attitude parfois hautaine qu’ont les Langegardois face aux autres contrées leur ont valu beaucoup d’opposants dans l’histoire. À ce jour, seule la Marche Exilée est réellement considérée comme une alliée des Piliers à proprement parler. En outre, Langegard a des relations diplomatiques et commerciales relativement bonnes avec Cyriandre malgré leurs différences religieuses.

 

— Commerce et Artisanat —

— Relations commerciales —

Ne sachant rien faire à moitié, les artisans langegardois ne tarissent pas d’efforts sur leurs créations. Souvent en compétition avec les artisans de Cyriande, ils peuvent néanmoins compter sur l’apport de nombreux missionnaires ayant parcouru le continent qui innovent et rapportent des idées nouvelles. Les joailliers fabriquent des chefs-d’oeuvre, les armuriers forgent de solides armures, les objets de la vie courante sont d’excellente qualité et leur constructions sont impressionnantes. Ils exportent de bonnes quantités d’objets finis à travers le continent en échange d’or et de matières premières ou de ressources exotiques. Leur commerce lucratif assure des coffres pleins pour l’Église et les villes, maintient leur mode de vie agréable et abondant et leur permet de garder une grande force armée en garnison.

— Spécialité et Exportation —

Langegard est réputé pour la qualité et la résistance de ses armes et armures qu’elle produit à l’intérieur des cités de Forgepuit et Mornecourt. En général, ces dernières sont majoritairement utilisées pour équiper leur garnison impressionnante, mais une certaine quantité est également exportée à bon prix à la Marche Exilée pour faciliter les défenses de l’est. Au niveau artisanal, l’échange d’oeuvres d’art et de sculptures est une pratique fréquente entre les nobles Langegardois et les collectionneurs de Cyriandre. Les enchères et encans de toutes sortes sont choses courantes à l’intérieur des deux nations.

— Importation —

Le bois et l’or sont les principales importations faites par les Piliers de Langegard. De ce fait, ils font majoritairement commerce avec Cyriandre pour le bois ainsi que le papier, tandis qu’ils se tournent vers la Marche et les Montagnes d’Argent pour les métaux plus précieux.

 

— Situation géographique —

Langegard est situé à l’intérieur d’une région relativement épargnée par les Vents de Brume du continent. Mis à part quelques incursions sur ses bords frontaliers et maritimes, rares sont les rapports d’attaques d’engeances et autres chimères depuis la fin de l’Année Sombre. Ainsi, Langegard bénéficie d’une certaine quiétude et stabilité.

— Le Lac d’Angecourt —

Il s’agit d’un énorme lac séparant une partie de la Marche Exilée de Langegard. Plusieurs concours de pêche y ont lieu à chaque année. Cependant, on y retrouve certaines zones qui sont balayée par des nappes de Brume en permanence. De ce fait, certains pêcheurs rapportent même avoir vu à plusieurs reprises des formes immenses se déplacer sur les eaux à travers ce brouillard.

— Les Jardins Eriziens —

Il s’agit de magnifiques jardins parsemant les chemins de pèlerinage de Montpieux. Ils s’étendent sur plusieurs lieues, et sont entretenus depuis près de 150 ans par les moines de la Cité. Considérés comme l’une des plus grandes beautés des Piliers de Langegard, ces terrains font la fierté de tout Langegardois qui se respecte.

— Les Étendus d’Âprebrise —

Cette contrée est située au coeur de Langegard, où verdure et moulins à vent occupent la majorité du paysage rural. Il s’agit de terres riches qui réussissent à produire suffisamment de vivres et de nourriture pour alimenter la majeure partie du peuple de Langegard. Plusieurs reconnaissent Âprebrise comme étant le garde-manger principal de la région.

— Les Gorges d’Idyle —

Lieu de minage principal de Langegard, les Gorges d’Idyle sont riches en fer et en cuivre. À l’intérieur des cavités plus profondes, on y retrouve également quelques gisements de gemmes de grande valeur qui se vendent à bon prix chez les joailliers langegardois. Cependant, pour les mineurs de la Cité de Forgepuit, descendre trop profondément dans les mines d’Idyle peut s’avérer une mission très périlleuse vu les immondices qui y rôdent et le risque qu’ils représentent.

 

— Mysticisme —

(À venir)

 

— Religion —

Étant la fondation de la société langegardoise, la religion y est omniprésente, autant dans les châteaux que dans les plus modestes masures. On y retrouve dans chaque établissement habité une installation dédiée à la Sainte Brador. Tantôt une pièce de la maison, tantôt un simple autel, tous les habitants aménagent un coin de prière et  de recueil orné de la croix auréolée de Brador. À leur suite, les baillis et mestres des villages et bourgs, qui sont bien souvent des prêtres, ont la responsabilité d’y construire et entretenir des chapelles et des églises. En terme de religion, les Piliers de Langegard sont reconnus pour leur vision expansionniste envers les autres nations des hommes. Ainsi, plusieurs de leurs missionnaires religieux se retrouvent envoyés au quatre coins de la Marche Exilée pour y renforcer le pouvoir de l’Église Bradorienne.

 

— Justice et Criminalité —

À l’intérieur de la société langegardoise, la criminalité est toujours sévèrement punie. La peine dépendra cependant toujours de la gravité du crime commis. Un simple voleur ne sera pas mis à mort, il sera emprisonné pour un temps, certes, mais sa vie sera épargnée. Lorsque des idéaux viennent à l’encontre de la religion Bradorienne, c’est là que la justice est le plus souvent interpellée de façon biaisée. Les prisonniers de cette espèce seront alors offerts à la Lumière de Brador. Personne ne sait réellement ce qu’elle est, mis à part les hauts placés de l’autorité Bradorienne. À ce que l’on raconte, toute personne qui a vu cette lumière n’a jamais osé retourner su sein du giron criminel.

%d blogueurs aiment cette page :