Archives par mot-clé : Escaladedelaviolence

L’escalade de la violence

Cela fait maintenant plusieurs saisons que cette idéologie est transmise à la communauté de Brumelance. L’objectif de ce document est d’amener la communauté à valoriser un jeu PvP sain et collaboratif entre les joueurs. Le tout afin que les intéractions entre personnage en soient rehaussées en profondeur et cohérence.

Revoici le même document avec plus de précision.

Dans un conflit entre deux personnages de joueurs (PvP) et dans un GN plus collaboratif contre l’environnement(PVE), les conflits doivent être nuancés, crédibilisés et catégorisés. Voici un article qui vous aidera  à incarner vos conflits entre personnages joueurs.

C’est d’abord un jeu, pour tout le monde.

Les joueurs sont présents à un GN pour s’amuser, créer du jeu et des scènes mémorables.  C’est un jeu auquel on ne joue pas seul devant un écran, il convient donc de traiter les joueurs avec lesquels on joue de la manière dont on aimerait bien être traité qu’on soit vaincu ou vainqueur d’un conflit.

Un conflit en jeu se doit de rester dans celui-ci.

Le jeu de rôle proposé par l’univers de Brumelance demande une maturité et une ouverture pour apprendre sur soi et ses propres limites.

  • Les conflits seront inévitables, tôt ou tard, vous serez confronté à une situation où votre personnage devra prendre position.
  • Ultimement, c’est une interaction entre personnage, vaut mieux clarifier si c’est perçu autrement.
  • Les autres personnage voudront vous voler ou entrer en conflit avec vous, cela fait parti du jeu, même si de votre point de vue, ils n’ont pas la justification de le faire.
  • Certain personnage seront froid envers votre personnage, pas envers vous.
  • Il y a autant de vision d’une escalade de la violence cool qu’il y a de joueur.

Un conflit semble déborder en dehors du jeu, la chose à faire est simple. Parlez-en avec les personnes concernées! Ne laissez pas une situation déplaisante dicter comment voir vos adversaires après la partie. Clarifiez les zones floues: attitude déplaisante, litige par rapport à une règle utilisée ou tout autre sujet susceptible de créer une polémique.

Souvent, vous prendrez conscience du point de vue différent du vôtre. En discutant, ça permet de mettre au clair ce qui ne va pas et d’améliorer vos interactions futures.

Qu’est-ce qui est apprécié/souhaité par la communauté de Brumelance quand on parle de PvP?

Dans l’analyse du sondage des saisons passées le constat était sans équivoque

  • Fairplay des joueurs avec lesquels je vais jouer cette tension (119 choix)
  • La cohérence de l’escalade de la violence entre les personnages (77 choix)
  • Niveau de bonne entente en dehors du jeu avec les joueurs adversaires (58 choix)

En combinaison avec les commentaires reçus, il est évident qu’un jeu PvP sain et plaisant pour les partis impliqués nécessite de la communication entre les joueurs. Donc si un de ces éléments vous semblent défaillants, il faut en discuté avec les joueurs avec lesquels vous interagissez.

Pour la définition de Fairplay

Le principe de l’escalade

Généralité

Un conflit n’est pas seulement quelqu’un qui insulte une autre personne et où cette dernière dégaine son arme et sonne la charge d’une armée de 300 hommes. Il manque à cette caricature un contexte, des événements et une surenchère des actes contre son adversaire. Avant d’aller dans le vif du sujet, voici quelques éléments à prendre en compte.

L’escalade de la violence c’est:

  • Incarner un personnage avec des intérêts et idéaux qu’il défendra
  • Vouloir incarner un conflit de façon crédible
  • Donner un ton réaliste à un conflit, où chacun des partis impliqués risque quelques choses
  • Considérer  et apprécier son adversaire comme un joueur à part entière qui cherche aussi du plaisir dans le jeu.
  • Une manière de créer des interactions avec ses adversaires
  • Offrir des opportunités à ses adversaires
  • Une mentalité de jeu, sans être une règle

L’escalade n’est pas:

  • Vouloir anéantir son adversaire le plus efficacement possible avec le moins d’effort
  • Gagner à tout prix
  • Une règle à suivre: Étant un concept très subjectif, il est impossible de juger de la qualité d’une escalade de la violence dans un conflit.

Je vous laisse la vidéo ( en anglais) qui résume l’essentiel de l’escalade de la violence entre deux personnes : Avec cet outil, vous serez en mesure de choisir des représailles appropriés aux affronts que l’on vous aura commis.

 

Comment amener l’escalade à se concrétiser en GN?

L’exemple de Lindy Beige ci-haut se rapporte à la majorité des jeux de rôles sur table, en GN, l’implication est quelque peu différentes.

Contexte : être ouvert à un conflit

Vos personnages viennent d’une provenance et donc ils sont héritiers de coutumes, de croyances et de valeurs. Dans la conception de votre groupe et/ou personnage, il suffit de trouver un défaut, un mauvais côté à votre concept. En bref, c’est de créer la raison pour laquelle on ne vous aimera pas.

Le piège réside dans le fait de vouloir être courageux, honorable et bienveillant dans toutes les situations et envers n’importe qui…

Le monde de Brumelance n’est pas un monde de héros. C’est un monde où des gens aux valeurs différentes en viennent à convoiter les mêmes richesses.

Un vilain est simplement un héro de l’autre côté…

 

La Neutralité est LIMITÉE

giphy

Terme trop souvent à la mode. En contexte de Gn, il est nécessaire d’anéantir cette mode que c’est donc cool d’être neutre tout le temps. Soyons clair, être neutre c’est ignorer ou mettre de côté vos valeurs, vos intérêts et la raison de votre présence sur le jeu. Être neutre amènera souvent un jeu monotone et sans bouleversement.

Si pendant un temps, il est concevable qu’on puisse être neutre envers un personnage ou un autre groupe. Il demeure qu’à terme, chacun des personnages pour gagner en influence et en puissance devra choisir son camp. Pour cela, il va s’informer, il voudra se faire une opinion. Ça veut aussi dire qu’il y a des risques à prendre.

Choisir une position, la tenir et travailler en ce sens, fera de vous un personnage coloré, crédible et mémorable. Pas de position, pas d’escalade, POINT.

La moindre des choses à faire en présence d’un joueur qui prend une position est de ne pas neutraliser son jeu à lui.

Concevoir les représailles de notre personnage de façon crédible plutôt qu’efficace.

Avoir une grande épée bien tranchante, ou bien un sort de mysticisme d’une extrême puissance pour neutraliser ses adversaires ne veut pas automatiquement dire qu’il faut user de ces moyens à la moindre offense parce que c’est ce qui est le plus efficace.

Serait-ce logique de voir un personnage trancher en deux un autre individu parce qu’il l’a bousculé dans l’auberge, et ce, à la première offense. Pas vraiment.

Ce qui est crédible : Votre personnage sait que s’il utilise un degré de force excessif, il s’expose à recevoir des répercussions de la même envergure voire pire.

Répliquez! C’est la manière de donner vie au jeu!

giphy1

Une offense vous a été faites,vous répliquez! Peut-être que ça ne sera pas sur le coup, mais réagissez. L’important est que la tension deviennent claire, visible, audible par votre jeu. Pour que la roue tourne, ça prend de l’eau au moulin. Aussi simple que ça!

Comment évaluer un conflit ou une relation

Il y a plusieurs façons d’évaluer quel genre de relation vous pouvez avoir avec les autres personnages. Voici une liste qui peut vous aider à éclaircir où vous vous situez face à un personnage/groupe.

Qui sont-ils?: Vous ne les connaissez pas, vous ne savez pas leurs intentions ni leurs prétentions. Surtout, vous ne savez pas s’ils peuvent être vos ennemis. Vous prenez donc vos précautions envers eux.

Pas de mes affaires: Vous savez ce qu’ils font, vous n’avez pas à faire à eux, eux non plus. Sans plus, s’ils ont du trouble, vous vous en moquez, ce n’est pas de vos affaires. Vous n’avez ni ennemi ni amis parmi ce groupe de personnes.

Bonne entente: Vous avez des points en commun et avez collaboré en trouvant votre compte dans votre relation respectueuse.

La lune de miel: Vous êtes alliés ou en bons termes. Le dialogue est ouvert et facile. Vous vous porterez aide et soutien en cas de péril.

Le bris de confiance: Vous devenez rival sur un sujet particulier, vos points de vue divergent et l’un des camps le sait très bien et suspecte l’autre de vouloir lui nuire ou lui retirer son plein bénéfice.

La phase de tension: C’est le moment où lorsqu’on se déplace, on veut afficher notre force et notre capacité à se défendre en cas de coup de traître. Des escarmouches ont failli éclatée ou ont résultée en affrontement sans conséquences.

L’explosion: Ça  y est, le premier coup fut donné, ils ont capturé un objectif dans notre dos, ils ont embusqué de nos ravitaillements, ils nous ont attaqué ouvertement.

La réplique: On prépare la revanche, à une échelle un peu plus sévère que ce qu’ils nous ont infligé. Ils n’oseront plus nous faire autant de tort.

L’escalade: On surenchère sur la réplique et ainsi de suite, jusqu’à temps qu’un camp abdique, succombe ou demande une trêve.

giphy3
Le sommet: Une scène mémorable où vos personnages en sont à la croisée des chemins pour en finir.

L’ultimatum: C’est assez, l’un de vous vaincra, l’autre verra son créateur. À cette étape, le conflit est mûr, vous avez eu plusieurs autres conflits, ça passe ou ça casse.

Relation qui évolue au fil du temps

À travers la fiche de groupe 2018, nous avons posé la question aux responsables de groupe de définir leurs relations avec les autres groupe.

Les choix:

  • Allié: La confiance règne! Plusieurs histoires vous lient d’amitié.
  • Bonne entente, collaboration: Vos valeurs s’accordent, c’est facile de négocier.
  • Respect: Vous avez entendu parler de leur bon coup, et de leur réputation, vous êtes ouvert à collaborer si c’est intéressant
  • **Indifférence**: On se fit à l’apparence. Voir plus bas.
  • Mépris: Vous avez entendu parler de leur mauvais coup, leur réputation, vous êtes méfiant à collaborer et être très exigeant/ sélectif
  • Hostile: Vos pays sont en guerre, des actes odieux ont été commis par eux à vos dépends, la négociation est ardue.
  • Ennemi juré: Lorsque vous vous croisez, c’est que ça va brasser.

Parenthèse sur l’indifférence/ neutralité

Vous aurez compris que l’indifférence est à sélectionner avec parcimonie.

  • L’indifférence changera assez vite dès que vous serez au courant de: la race, la croyance, la provenance du personnage/groupe en face de vous.
  • Bien assez vite, vos intéractions seront teintées par votre première rencontre.
  • On ne peut devenir tout à coup indifférent face à un ancien adversaire.

La pente glissante d’une fin d’escalade

Voyez les réflexions suivantes comme des questionnements quand on approche d’une fin d’escalade. Il y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, l’idée est simplement d’amener la réflexion plus loin afin d’éviter de gâcher le fun de vos adversaires.

Le piège du secret d’état

Attention, un coup d’éclat peut amener une scène intéressante. Le piège réside dans le fait de cacher le conflit coûte que coûte pour le déclencher seulement lorsqu’on sera prêt à pulvériser toute chance à l’adversaire d’avoir le dessus.

Bien que c’est stratégique, il faut être conscient que la cohérence de cette action a tout intérêt d’être fondée. Si ce n’est pas le cas, vous risquez  mais ça n’apporte pas grand chose au jeu. Même qu’ultimement, un conflit qui n’a pas été visible et entendu sera interprété de la mauvaise manière par les autres joueurs.

L’ennemi juré surprise

Qu’un allié porte main forte à un groupe face à un adversaire est une chose. Par contre, qu’il aille plus loin dans l’escalade peut laisser un goût amer au groupe qui était impliqué si les choses virent au vinaigre.

  • Achever les membres du groupe vaincu à la place du groupe allié qui a été supporté c’est peut-être inapproprié
  • Inversement, le groupe qui porte assistance doit assumer qu’ils sautent à l’étape supérieure et qu’un tel acte ne s’oublie pas du jour au lendemain.

C’est donc parfois mieux de rendre le conflit visible selon le type de jeu que vous souhaitez. Vouloir être l’allié de tous pour frapper dans le dos, on vient à faire le tour de la cassette bien vite 😉

Fin de l’escalade

Que ce soit un conflit commercial, religieux et philosophique ou encore politique. Il y a plusieurs chemin qui mènent à une diminution de l’intensité des interactions entre joueurs.

Pour que l’histoire avance, il y a un vainqueur et un vaincu. Si ces deux positions sont trop nuancées, l’histoire perd de son intérêt, car rien ne semble clair et tout reste stagnant.

Piste de résolution

  • Duel judiciaire
  • Procès devant une autorité compétente (selon la provenance)
  • Organiser une bataille mévosienne

Alternative à l’éradication complète d’un groupe

Ici quelques idées afin de varier les fin d’escalades.

  • Faire payer un tribut
  • Fermer une route commerciale
  • Céder un territoire géopolitique
  • Dénoncer un allié complice
  • Exécuter un membre important du groupe en guise de punition
  • Maudire le groupe
  • Forcer à l’exil
  • Faire signer une trève
  • Mettre en esclavage
  • Faire porter un serment d’allégeance et de fidélité aux vaincus

 

En finir avec son ennemi juré.

La mort d’un personnage est l’ultime étape de fin d’escalade.

giphy2
Dans le jeu, il faut que les joueurs soient gagnant-gagnant. Dans le sens que le jeu a été plaisant, les scènes ont été épique et digne d’un film, que cette rivalité s’est déroulé dans le respect des joueurs et de l’esprit du jeu.

  • Est-ce que l’application des règles laisse un goût amer à la situation. Si oui, clarifiez le tout, ça presse.
  • Aviez-vous déjà parler en dehors du jeu de la cohérence de l’escalade de la violence entre les personnages/groupe impliqué.
  • Êtes-vous prêt à faire face au conséquences inévitables de vos actes?
  • Avez-vous essayer de rendre la scène intéressante et mémorable pour votre victime?

D’où l’importance d’user de l’achèvement avec modération.

Avant d’achever le personnage, vous devez vous poser les questions suivantes :

  • Mon personnage a-t-il eu un lien avec sa victime, s’il en a pas, c’est peut-être pas à vous de l’achever?
  • Depuis combien de temps durent le conflit?
  • N’y a-t-il pas d’autres alternatives à la »mort finale » de ce personnage ?
  • Est-ce crédible, selon la personnalité, les croyances et les valeurs de mon personnage qu’il soit rendu à mettre fin à la vie de cette personne ?

Comme mentionné plus haut, l’interprétation de l’achèvement est un sujet de beaucoup de débat enflammé. C’est rare qu’un joueur sera enjoué face à la mort de son personnage c’est normal.

Pour le joueur dont le personnage meurt passez lire ceci, c’est impératif

La mort en GN: avoir son plan B

J’espère que ce texte vous a aidé à mieux comprendre le principe de l’escalade.

Hésitez pas à poser des questions et formuler vos commentaires, c’est grandement apprécié d’échanger sur la question.

-Manu

Remerciement:

-Elias Prud’homme pour la référence initiale au vidéo de Lindy Beige.
-François Bordeleau pour la relecture et les commentaires.
-Guillaume Béliste pour ses commentaires
-Justine B.Couture pour l’écoute et l’oeil pour les GIF 😉
-Vincent Lessard pour avoir démarré le bal avec sa version.